Guadeloupe

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

Posée sur l’arc des Petites Antilles, la Guadeloupe reste, vue d’avion, l’île la plus étendue, la plus belle aussi peut-être de l’archipel, à la fois battue par l’Atlantique et bercée par la mer des Caraïbes.
Mais la Guadeloupe, c’est en réalité plusieurs îles (7 en tout), à commencer par Karukera, comme on la nomme en créole, la partie principale, qui a la forme d’un curieux et gigantesque papillon végétal, à laquelle se sont adjointes Les Saintes, Marie-Galante et La Désirade.
Les alizés l’auraient portée là, sous les tropiques, et cette indolente s’y serait plu - ne pouvant d’ailleurs plus bouger ses vastes ailes chargées de gommiers, de fougères, d’acomats-boucan et de palmistes-montagnes. Un vrai rêve de peintre obnubilé par le vert. Avec des touches d’orchidées...
Guadeloupe si douce, abandonnée : longues plages blanches de Sainte-Anne, plages noires de Trois-Rivières, anses bordées de mangroves et de cocotiers. Une île tropicale, grouillante et sonore de vie. Voici la pluie brève et brutale, et le vent qui monte. Le cyclone, ici, est un monstre qui fait des ravages.
Des plages, des cocotiers, du soleil, oui, bien sûr, sans oublier la plongée sous-marine. Les côtes guadeloupéennes offrent en effet de superbes fonds.
Le volcan domine le paysage, Soufrière qui bouillonne, totem menaçant de la Guadeloupe, qui semble dormir pour l’éternité.

Avant le départ Guadeloupe

En bref

Papiers (UE) : carte d'identité en cours de validité.
Attention : si vous voulez en profiter pour vous rendre dans les îles hors Caraïbes françaises (comme Saint-Martin), un passeport en cours de validité peut être nécessaire.
Vaccins obligatoires : aucun.
Meilleure saison : de décembre à avril (saison sèche ou carême).
Durée de vol direct : 8h30.
Décalage horaire : - 6h en été, - 5h en hiver.

Adresse utile

Comité du tourisme des îles de Guadeloupe : 8-10, rue Buffault, 75009 Paris. Tél. : 01-40-62-99-07. Courriel : infoeurope@lesilesdeguadeloupe.com. Ouvert du lundi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h. 
Toute la doc nécessaire, sur place, par courrier ou consultable sur le site Internet.

Formalités d'entrée

- Nous sommes dans un département français ; une carte d'identité suffit aux Européens qui se limitent au territoire français (Français et Belges entre autres). 
Un passeport en cours de validité est parfois nécessaire si vous voulez vous rendre dans les îles hors Caraïbes françaises, et dans ce cas, il vous faudra, théoriquement, avoir avec vous un billet de retour ou de continuation de voyage.

- Pour les Suisses, passeport valide. Pour les Canadiens, la carte d'identité est suffisante pour un séjour de moins de 3 mois ; sinon, passeport obligatoire.

Douanes : attention, contrôles fréquents, mais nettement plus pour ceux revenant des ports francs, comme Saint-Martin et Saint-Barthélemy (attention aux appareils photo et autres gadgets électroniques). Des lecteurs nous ont même rapporté des cas de fouille au corps au retour de Saint-Martin pour la Guadeloupe.

Pour les contrôles, au retour vers la métropole, des chiens renifleurs des douanes viennent parfois vous rendre visite en salle d’embarquement.

IMPORTANT : vérifiez bien auprès de votre compagnie aérienne le poids de bagages autorisé. Les contrôles sont désormais très stricts, notamment au niveau du bagage cabine. Et pour votre valise en soute, le surpoids guette vite si vous rapportez un peu trop de rhum.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/57/avant_le_depart.htm#ixzz3wYN3d7NZ

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

 

Climat et météo Guadeloupe

Beaucoup de soleil, de la pluie aussi, du vent, des crépuscules tièdes et des nuits suaves : il fait bon vivre aux Antilles. 
Le soleil plombe fort. La température de la mer peut dépasser 29 °C de juillet à octobre et ne descend jamais au-dessous de 24 °C durant la saison sèche. Concernant l'air ambiant, la fraîcheur existe dans les hauteurs. 
En gravissant la Soufrière, vous découvrirez plusieurs étages climatiques, chacun avec ses fruits et sa végétation spécifiques. Battu par les vents, le sommet est frisquet. Là-haut, l'humidité se condense en nuages, lesquels partent arroser les plaines...

La nuit tombe tôt : toute l'année, le soleil se lève entre 5h et 6h, pour se coucher entre 17h30 et 18h30. D'un coup ou presque, le soleil disparaît à l'ouest comme une énorme boule rouge avalée par les flots et c’est aussi le moment d’observer le fameux rayon vert !).

- On compte principalement deux saisons : de décembre à avril, la saison sèche, appelée le carême. C'est la HAUTE SAISON et c'est la plus agréable. Le thermomètre avoisine les 27 °C. Le temps est au beau fixe malgré quelques averses orageuses.
De mi-juin à novembre, c'est la BASSE SAISON, également appelée l'hivernage. L'air (30 °C) est lourd, voire étouffant, ne rafraîchit pas l'atmosphère, et les après-midi sont pluvieux. Il y a moins de touristes, et dans les hôtels, les prix sont plus doux.
Durant la saison humide, les côtes orientales, dites « au vent », sont plus arrosées que les côtes occidentales, dites « sous le vent ». Cela étant, on peut avoir une relative sécheresse en « été » et des grains fréquents en « hiver » ; de plus, la présence de microclimats peut donner un temps resplendissant au nord de la Grande-Terre ou à Saint-François tandis qu'il pleut à Pointe-à-Pitre.

Mai, juin et novembre sont des mois plutôt agréables, pas trop chauds, pas trop chers, et surtout peu fréquentés. De plus, mai et juin sont vraiment propices pour découvrir la Guadeloupe en fleurs.

Cyclones

Août et septembre sont les mois préférés des cyclones. Aujourd'hui, le cyclone est repéré très tôt, au moment de sa formation, souvent au large des îles du Cap-Vert, 4 000 km plus à l'est, et sa progression est surveillée de près par les services de la météo. 
Beaucoup de professionnels du tourisme ferment d'ailleurs en septembre pour ne pas avoir à s'occuper, en plus, de métropolitains inexpérimentés qui paniquent vite.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/2955/climat_et_meteo.htm#ixzz3wYNJZFBZ

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

Suite informative : Nous sommes ravis de vous proposer en tant que vacancier privilège voire V.I.P car c'est comme cela que nous vous devons égards à vous et votre famille qui aussi a bien attente de chouettes vacances que vous passerez dans notre location dite en cottage dit aussi en gite car c'est synonyme de bungalow ou gites ou villa avec piscine quand nous en en proposons plusieurs de qualité en ouest de Basse-Terre sur la côte sous le vent en Guadeloupe.

Santé et sécurité Guadeloupe

Santé

Département français, la Guadeloupe est soumise aux mêmes normes et réglementations sanitaires que la métropole. En conséquence, n’oubliez pas d’apporter votre carte Vitale voire la carte européenne d'assurance maladie pour les ressortissants de l'Union européenne. L'infrastructure médicale et hospitalière y est comparable. Ainsi, les Antilles françaises sont à l'évidence l'endroit le plus sûr de la région à plusieurs milliers de kilomètres à la ronde. En cas de pépin, le numéro du SAMU est le 15.

Les maladies infectieuses et parasitaires autrefois redoutées ont disparu dans cette zone pourtant tout à fait tropicale.

On retiendra néanmoins un chiffre grave : les Antilles peuvent être considérées comme une des régions françaises les plus touchées par le virus du sida, juste avant l'Île-de-France. Malgré cela, les campagnes de prévention sont encore mal perçues, et l'usage du préservatif n'est pas vraiment banalisé. Pensez-y.

La dengue, les moustiques et les yen-yens

- Des épidémies de dengue surviennent régulièrement, comme dans toutes les zones humides et chaudes du globe, spécifiquement pendant la saison humide. Il s’agit d’une infection virale qui se traduit par les mêmes signes que la grippe, mais généralement en plus cogné (très forte fièvre).
Il ne faut pas la prendre à la légère et la convalescence est longue. Cette maladie est transmise par un moustique qui a la particularité de ne piquer que le jour.

Les voyageurs en partance pour la Guadeloupe et Saint-Martin ont découvert par ailleurs, en 2014, que le chikungunya, après La Réunion, avait fait son apparition aux Antilles. Même topo que pour la dengue... Pour se tenir informé, chikungunya.net.

- Les yen-yens, de minuscules moucherons très pénibles qui ressemblent à de tout petits moustiques, sont un véritable fléau et piquent non-stop. Méfiance, donc, dès que le temps change ou quand la nuit tombe.

- Pour combattre toutes ces bestioles, il est recommandé de porter des vêtements longs et de s’enduire les parties découvertes du corps, de jour comme de nuit. Il existe une gamme conforme (OMS, ministère de la Santé) et fiable : Insect Écran (adulte, enfant, vaporisation, imprégnation des tissus).
Il est recommandé, aussi, de dormir sous une moustiquaire imprégnée, dans les endroits sans brasseur d’air ni AC. Et si l’on a un bébé, l’idéal est de le faire dormir également sous une moustiquaire imprégnée de produit.

Poissons, plages, étangs, boue, mancenilliers

- Certains poissons contiennent des toxines qui peuvent entraîner, en cas de consommation, quelle que soit la cuisson, des troubles parfois graves (paralysie, chute de tension) et toujours désagréables (démangeaisons, fourmillements, vertiges, etc.). C’est ce que l’on appelle la ciguatera ou « gratte ». Éviter de manger des poissons avant de les avoir montrés à quelqu’un du coin, surtout si vous les avez pêchés vous-même.

- Les plages autrefois fréquentées par des chiens, le sont de moins en moins, mais il est préférable de porter des sandales pour marcher sur le sable, et de s’allonger sur une natte ou une serviette. Ces chiens peuvent laisser des parasites qui en pénétrant la peau développent une petite larve sous-cutanée qui donne de fortes démangeaisons (Larva migrans).

- Évitez de vous rafraîchir les pieds dans des étangs d’eau douce ou de marcher dans la boue : si la bilharziose a disparu des îles, l’ankylostomiase et l’anguillulose peuvent encore s’attraper.

- Il n’y a pas de serpents venimeux en Guadeloupe.

- On n'observe plus guère de mancenilliers, sauf encore à Saint-Barthélemy, au Moule, aux Saintes, à Marie-Galante. On en trouvait autrefois partout et principalement au bord des plages. Tout est toxique dans ce végétal redoutable - qui ressemble au pommier, fruits compris (mais ses « pommes » sont plus petites) - de l’écorce à la sève, en passant par les fruits et même les feuilles.
Si, en Guadeloupe et en Martinique, la plupart des rares mancenilliers restants sont bien signalés (pancarte ou tronc peint en rouge), rien ne les distingue dans les autres îles, et notamment à Saint-Barthélemy.

- Il est recommandé d’être prudent avec tout ce qui fait le charme de ces îles : les boissons alcoolisées un peu raides (le rhum notamment), évidemment, et le soleil, qui tape fort.

Carte européenne d’assurance maladie

Pour les ressortissants de l’Union européenne non français, pensez à vous procurer la carte européenne d’assurance maladie. Cette carte fonctionne dans tous les pays membres de l’Union européenne (y compris les 12 petits derniers), ainsi qu’en Islande, au Lichtenstein, en Norvège et en Suisse. 
C’est une carte plastifiée bleue, valable un an, gratuite et personnelle (chaque membre de la famille doit avoir la sienne, y compris les enfants).

Dangers et enquiquinements

Vols et agressions : on parle épisodiquement de la délinquance, de la criminalité et du taux d’armement à la Guadeloupe avec des chiffres battant tous les records en France. Une publicité dont l’île se serait bien passée. 
Pour les touristes, il s'agit avant tout de respecter les règles élémentaires et de redoubler d'attention dans certaines parties de l'île, notamment dans la région la plus visitée par les amateurs de plages, entre Pointe-à-Pitre et Saint-François. Méfiez-vous en sortant des restaurants le soir et évitez les plages la nuit. 
Ne laissez rien dans votre voiture. De même, nous vous déconseillons de vous retrouver seul dans des coins trop isolés. Évitez aussi de partir seul sur les sentiers de randonnée de Basse-Terre (de toute manière, il est toujours prudent de bien préparer ses sorties, de prévenir de ses absences et du lieu où l’on se rend). Enfin, on recommande une certaine prudence aux femmes non accompagnées.

Photo : comme partout, évitez de prendre les habitants en photo ou de les filmer sans le leur avoir demandé au préalable.

Bruit : les nuits tropicales sont sonores. Un véritable carnaval des animaux de grenouilles, de crapauds (encore plus fort), avec solos de vaches et même de chiens. Quant au coq antillais, il doit être insomniaque ou déréglé, car il chante même avant le lever du jour, provoquant la frénésie de ses congénères. De jour, l’homme prend le relais : radios à tue-tête, moteurs pétaradants, klaxons en liberté, tout devient une obsédante cacophonie. 
Solutions pour la nuit : soyez indifférent ou, si vous êtes trop sensible, mettez des bouchons d’oreilles.

Les scolopendres : appelés plus communément mille-pattes. Ces petits carnassiers, fréquents en Guadeloupe, sortent souvent les jours de pluie. Leur morsure venimeuse, mais pas mortelle, est très douloureuse. En tout cas, penser à à vérifier lit, draps et taies d’oreiller avant de dormir.

Les mancenilliers : attention à ces arbres à l'aspect trompeur, qui ressemblent un peu aux pommiers et peuvent vous conduire tout droit à l'hôpital si vous vous abritez dessous ou les touchez. Pas de psychose car il y en a de moins en moins, mais une question de prudence, surtout à Saint-Barthélemy, au Moule, aux Saintes...

Randonnées par temps pluvieux : du fait de pluies violentes, ponctuelles et locales, le moindre petit cours d'eau peut s'enfler en quelques secondes, quand bien même le soleil brille sur votre tête ! Donc prudence : si les eaux sont boueuses, mieux vaut rebrousser chemin.

Baignades : nous constatons avec effarement l’absence de poste de secours et de maîtres nageurs sur les plages les plus fréquentées. Même si la plupart offrent des conditions de baignade plutôt sans danger, cette question mérite d’être considérée avec sérieux par les maires qui sont responsables des plages. En attendant, soyez très prudent et renseignez-vous quand vous avez un doute ou quand la plage est peu fréquentée.

Information plus : Soit aussi vers les communes si admirables de Sainte-Rose et même jusqu'à vieux habitants où malendure car notre qualité d'offre pour cette location aussi bien selon vos goût de gite guadeloupe deshaies, voire aussi si cela vous tente ou correspond mieux à vos désirs d'intyimité et de convivialité votre location de villa avec piscine à la place de ce qui est toujours plus réduit d'un bungalow ou autre dénomination mais toujours dans la magnifique province de deshaies guadeloupe, où nous vous attendons de pieds fermes avec toute la chaleur de cœur des tropiques pour votre si préservée location de vos gites Bagatelle.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/63/sante_et_securite.htm#ixzz3wYNWm576

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

 

Vie pratique Guadeloupe

Décalage horaire

Le décalage entre la métropole et les Antilles est de 5h en hiver et de 6h en été. Quand il est 12h à Paris, il est 7h en hiver et 6h en été aux Antilles.

Poste

On trouve des bureaux de poste dans tous les villages.

Horaires : les bureaux ferment généralement vers 16h. Ils sont ouverts le samedi matin mais ferment souvent le mercredi après-midi. Prenez votre mal en patience, et emportez ce guide pour relire toute l’introduction, en faisant la queue (souvent longue), comme tout le monde... La plupart sont équipées de DAB (distributeurs automatiques de billets).

Affranchissement : tarif identique à celui de la métropole (jusqu’à 20 g). Les timbres se vendent aussi dans la plupart des boutiques de souvenirs, où vous ferez peut-être un peu moins la queue qu'à la Poste.

Télécommunications

Téléphone

- Les numéros comportent 10 chiffres, comme en métropole. Les téléphones fixes commencent par 05-90 et les portables par 06-90. Ils peuvent être composés directement de métropole. Mais depuis l’étranger, composer le 00-590 suivi de 9 chiffres (sans le 0 donc).

- Depuis ou vers la métropole, avec les formules d’abonnements illimités sur les postes fixes, la gratuité est normalement de mise chez les opérateurs.

Les portables en voyage

Le routard peut utiliser son propre téléphone portable en Guadeloupe! Renseignez-vous auprès de votre opérateur sur les conditions d’utilisation de votre portable outre-mer. Les opérateurs proposent de plus en plus de forfaits intéressants sur les DOM-TOM. 
 


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/67/vie_pratique.htm#ixzz3wYNiPlys

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

 

Culture Guadeloupe

Musique et danse créoles

Des enfants se déchaînent sous la véranda d'une case. Bidons, casseroles, balustrades, tout ce qu'ils trouvent est percuté en rythme. Et aucun passant ne se plaint du fracas.

Tandis que chez les colons on dansait le menuet et le quadrille, chez les esclaves on attachait plus d'importance au son du tambour et des percussions pour accompagner les danses rituelles : le léwoz, rythme guerrier (sur lequel on attaquait les plantations) ; le kaladja, symbole de la lutte en amour ; le pajyanbel, quand on coupe la canne ; le toumblak, danse d'amour, de fertilité, danse de la terre ; le graj,pour accompagner les travaux agricoles ; le woulé (ou « valse créole ») ; le mendé - après l'abolition de l'esclavage - qui accompagne le carnaval et le fameux gwo-ka (ou « la voix de l'esclave ») : on pense avoir retrouvé ses traces vers le golfe de Guinée ou dans le haut Dahomey. 
Symbole de chants incantatoires et de danses rituelles, son rythme reste très prisé - avec quelques variantes - en Haïti, à Cuba, au Brésil et aux îles Vierges. Le gwoka de Guadeloupe a été inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité par l’UNESCO en 2014 (au même titre que les fest-noz bretons par exemple).

Mais les danses à orchestre, plus gaies et plus profanes, tiennent le haut du pavé : valse, mazurka, polka (souvenirs des colons). Tonique et lascive, la biguine est même devenue le sport national des Antilles françaises.

Le zouk, surtout, fait le régal des radios, le zouk-love, un zouk langoureux et moite, à danser « collé-serré ».

Malgré un retour aux racines - le gwo-ka -, l'influence des Grandes Antilles (salsa, reggae) domine la création musicale.

Rappel informatif : Nous sommes heureux de vous présenter les accueils pour vos vacances tant magnifiques sur la très jolie Guadeloupe en particulier la location Guadeloupe si prisée depuis des années sur toutes les caraibes et aussi par nos vacanciers résidents d' Europe. Car effectivement et selon Google map ou les cartes marines ou même les cartes de randonnées nous offrons cette location de grande qualité et confort climatisation moustiquaires grands lits doubles air conditionné en Guadeloupe sur basse-terre pour la qualité territoriale de cette partie de l' Ile papillon avec donc effectivement pour être précis ces locations particuliers ou entre particulier comme sur le bon coin mais en guadeloupe basse terre.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/60/culture.htm#ixzz3wYNrc5Z7

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

 

Itinéraires conseillés Guadeloupe

Deux semaines en Guadeloupe

Grande-Terre

Pointe-à-Pitre

  • Le quartier du port
  • Le musée Schoelcher
  • Le marché Saint Antoine
  • L’aquarium de la Guadeloupe
  • Le musée Saint-John Perse

Sainte-Anne

  • Les plages

Saint François

  • Les plages, sports nautiques, plongée
  • La Pointe des Châteaux
  • Escapades dans les îles voisines

Le Moule

  • Plongée : l’Atlantide et le Gondor
  • Le musée de Préhistoire amérindienne Edgar-Clerc
  • La distillerie Damoiseau

Vers le Nord

  • Porte d’Enfer, Pointe de la Grande Vigie
  • Anse-Bertrand

Basse-Terre

Petit-Bourg

  • Le parc floral de la Guadeloupe

De Petit-Bourg à Trois-Rivières

  • Plantation Grand-Café à Bélair
  • Jardin d’eau
  • Chutes du Carbet
  • Randonnée : trace des chutes de la rivière Moreau

Trois-Rivières

  • Parc archéologique des Roches gravées
  • Randonnée sur le sentier de la Grande Pointe
  • Bateau pour les Saintes
  • Dans les environs : la maison de la Banane

Saint-Claude

  • La Bonifierie
  • Nombreuses randonnées pédestres
  • Volcan de la Soufrière avec accompagnateur

Vieux-Habitants

  • Plantation de café Vanibel
  • Habitation La Grivelière, maison du Café
  • Anse à la Barque

Bouillante

  • Découverte des sources chaudes
  • Plongée
  • Route de la traversée
  • Parc des Mamelles et Maison de la Forêt

Dans les environs de Pointe-Noire

  • Le musée du Coquillage
  • La Maison du Bois
  • Caféière Beauséjour
  • Le parc aux Orchidées

Deshaies

  • Le jardin botanique
  • Plongée
  • Plage de Grande-Anse

 

Excursions depuis la Guadeloupe

Excursion aux Saintes

Terre-de-Haut

  • Le fort Napoléon
  • La plage de Pompierre
  • Balade à Grande-Anse et Anse Rodrigue
  • Excursion en mer, plongée

Excursion à La Désirade

  • Beauséjour
  • Plage du Souffleur
  • Baie-Mahault
  • Faire le tour de l’île
  • Plongée : la Grotte à Requins, le Chaos

Excursion à Marie-Galante

Autour de Grand-Bourg

  • L'habitation Murat
  • Randonnées pédestres

De Grand-Bourg à Saint-Louis

  • La sucrerie de Grande-Anse
  • La distillerie Poisson

La région nord

  • Plages : Anse Canot et Anse du Vieux-Fort
  • Gueule Grand-Gouffre
  • Caye Plate
  • Plongée

Suite de toutes ces informations : Location vacances au chaud soleil au bord de mer des tropiques ou de la mer caraïbe aux Antilles petites. Guadeloupe c'est particulier on l'aime toujours. Ces attaches de particulier à particulier sont choisies car ce sont les choix de meilleurs confiance quant à l'hébergement habitat ilien. Quant à la position géographique absolument idéale que nous proposons vous pourrez demander à vos amis qui connaissent déjà c'est le top pour la nature ! L' histoire des Antilles françaises ou anglaises est très présente sur notre face ouest de l' ile et votre choix d'une location en pleine Guadeloupe au cœur même car Sainte-Rose et Deshaies le sont est le meilleur admis généralement.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/166/itineraires_conseilles.htm#ixzz3wYO2qver

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

 

Cuisine et boissons Guadeloupe

Cuisine créole

La cuisine créole prône à elle seule le métissage. Le mariage des saveurs africaines, des parfums de l’Inde et du savoir-faire hérité des grands-mères, ajouté à celui de quelques parents ayant vécu en métropole, a donné une cuisine originale, et les produits locaux - poissons, langouste, ouassou et légumes -, bien travaillés, sont excellents.

On parle d’une cuisine « musclée » : dans son volume (plats souvent copieux) et dans ses goûts (sauces relevées). Il ne s’agit pas d’une cuisine raffinée. Sauf pour quelques restaurateurs qui jonglent avec les ingrédients locaux et créent de subtiles recettes façon « nouvelle cuisine créole » à prix choc.

Poissons, fruits de la mer et des rivières

Le vivaneau : poisson excellent, en court-bouillon (au rocou, par exemple, délicieux condiment rouge orangé), en blaff (macéré au citron vert, puis juste saisi au court-bouillon) ou en grillade. 
Le thazar, le marlin ou le requin : ils se mangent plus volontiers en darnes grillées et steaks bien saisis qui révèlent toute leur saveur, ou encore fumés, voire en tartare. 
La langouste : excellente ou sans saveur. 
Le chatrou (poulpe) : souvent servi en fricassée. C'est plus ou moins bon selon la finesse de la préparation.
Les lambis (gros escargots de mer) : également en fricassée. Excellents quand ils sont frais, mais d'une consistance un peu caoutchouteuse quand ils ont été congelés (ce qui arrive, hélas, très souvent).
Les palourdes : délicieuses en gratin ou salade. 
- Enfin, n'oublions pas le ouassou, grosse crevette d'eau douce, appelée parfois « chevrette » ou « écrevisse ». Lui aussi se fait rare dans les eaux intérieures guadeloupéennes, où il est aujourd'hui interdit de le pêcher. Il faut donc se consoler avec les ouassous d'élevage.

Les fonds proches s'étant beaucoup épuisés, la plupart proviennent des îles voisines et des côtes sud-américaines (langoustes, lambis...).

Cuisine guadeloupéenne

- Quasiment tous les menus guadeloupéens proposent des acras en entrée, et souvent le boudin créole... délicieux avec le ti-punch !

- On trouve aussi des crabes farcis, en particulier les crabes blancs de terre.

- Autre grand classique des restaurants : le colombo de poulet (curry de poulet, recette en provenance d'Inde).

- Également le calalou (purée de légumes), le féroce (purée d'avocat à la morue hachée avec de la farine de manioc, le tout « férocement » pimenté), et le bébélé, une spécialité de Marie-Galante. Ce plat d'origine africaine consiste en une sorte de soupe épaisse dans laquelle on met du fruit à pain, des tripes, des légumes du pays, comme l'igname et le malanga, et des bananes-figues, dites poyos.

- N'oublions pas non plus le matété, plat traditionnel de la Pentecôte hérité des Espagnols (un équivalent antillais de la paella, avec des crabes de terre accompagnés de riz).

- On peut aussi goûter au cabri, qui ressemble à de l'agneau, cuisiné en ragoût, en fricassée ou servi en colombo.

- Enfin, si vous voulez manger sur le pouce, laissez-vous tenter par un bokit, sandwich local bon marché, contenant au choix viande, poisson, crudités, etc., fermé comme un beignet, puis frit.

Les épices

Elles prennent une place prépondérante dans la cuisine guadeloupéenne, mais elles ne viennent pas de l'île, pour la plupart. Pour en acheter, les marchés de Saint-François et de Sainte-Anne, moins touristiques que celui de Pointe-à-Pitre, sont à préférer. Les épices sont bien moins chères qu'en métropole, mais leur conditionnement laisse parfois à désirer.  

Florilège mâtiné de saveurs raffinées : l'anis étoilé, la badiane ou l'anis star, la cannelle, le bois d'Inde, les clous de girofle, le colombo, la coriandre...

Fruits et légumes

Les gombos : couleur verte, aspect de piment, en plus gros.
L'igname : tige grimpante dont on fait bouillir les racines. Il en existe diverses variétés. On la sert en purée ou en pain. 
Le manioc : grosses racines épluchées, râpées, pressées, séchées au four et broyées en farine dans les manioqueries communautaires des villages.
La canne : sucer la pulpe comme un bâton de réglisse. On trouve aussi sur les bords de route des étals où l'on propose du jus de canne.
La christophine : sous l'aspect d'une poire un peu bosselée, jaune pâle ou vert clair, c'est un légume des plus délicat. Verte, elle se mange en salade ; mûre, en gratin. 
Le giraumon : avec sa couleur laiteuse, il évoque une pita gonflée ayant un léger goût de potiron. Excellent en purée.
La carambole : petit fruit jaune à la forme curieuse (cinq côtes saillantes ; quand on la coupe en largeur, on obtient ces fameuses étoiles à cinq branches). Se consomme essentiellement en jus.
La patate douce : couleur rose ou orangée, goût légèrement sucré. Se mange en légume, bien sûr, mais sert aussi pour la préparation des desserts.
Le corossol : une panse verte hérissée d'épines. On dit qu'il préserve de la grippe et même des coups de soleil (en en glissant quelques feuilles sous son chapeau). Comme la carambole, on le consomme surtout en jus.
La goyave : petit fruit rose, au goût douceâtre et farineux. Excellent en jus. Très riche en vitamine C. 
Le fruit de la Passion ou maracuja : fruit de la passiflore, ovoïde et lisse quand il est frais, qui renferme d’incroyables saveurs.
- Les nombreuses variétés de bananes. De la banane-légume (la ti-nain cuite à l'eau) à la banane-fruit.

- Et aussi : papayes (vertes), oranges (décevantes), litchis, citrons verts, pamplemousses (chadèques), fruits à pain, choux-pays, mangues (riches en vitamines), pommes-cannelle, sapotilles (à goût de caramel, en salades de fruits ou en glace), ananas, noix de coco, etc.

Péchés de gourmandise

Les confitures : maracuja, goyave, mangue, papaye, coco, banane...

- N'oubliez pas non plus les sorbets coco, vendus et préparés par des marchands ambulants. Les prix peuvent varier : de 2 à 4 € environ. Mais gare aux estomacs fragiles, risques d'intoxication alimentaire.

- Les gourmands se délecteront des tourments d'amour. Ces merveilleux desserts originaires des Saintes sont en fait de savoureuses génoises à la confiture de coco (ou de goyaves, de bananes, etc.). Le nom évoque les pensées licencieuses des épouses qui attendent le retour de pêche de leur bien-aimé. S’ils sont secs, il y a du souci à se faire sur leur fraîcheur !

Ou encore du « caca bœuf », un gâteau typique de Marie-Galante, fait de pain d’épice et de sirop de jus de canne, fourré à la noix de coco. Il a la forme... d’une bouse de vache !

Location vacances au chaud soleil au bord de mer des tropiques ou de la mer caraïbe aux Antilles petites. Guadeloupe c'est particulier on l'aime toujours. Ces attaches de particulier à particulier sont choisies car ce sont les choix de meilleurs confiance quant à l'hébergement habitat ilien. Quant à la position géographique absolument idéale que nous proposons vous pourrez demander à vos amis qui connaissent déjà c'est le top pour la nature ! L' histoire des Antilles françaises ou anglaises est très présente sur notre face ouest de l' ile et votre choix d'une location en pleine Guadeloupe au cœur même car Sainte-Rose et Deshaies le sont est le meilleur admis généralement.

Boissons

Rhum

Les Guadeloupéens consomment 65 % du rhum fabriqué sur place.

Depuis la victoire de la betterave sur le sucre roux, le rhum demeure le seul débouché pour les plantations de canne à sucre, qui datent de l’époque coloniale et de la monoculture. Riches en arômes complexes, les rhums vieux des Antilles comptent pourtant parmi les meilleurs au monde.

Jus de fruits

Les Antilles régalent leurs visiteurs de jus de fruits frais, succulents bon marché : corossol, mangue, maracuja, canne, goyave, coco, prune de Cythère, etc., souvent pressés par des marchands ambulants. On trouve aussi d'extraordinaires punchs aux fruits (sapotille, carambole...) qu'on peut laisser macérer jusqu'à quelques mois.

Goûtez aussi le mabi, sorte de boisson gazeuse que les Antillais ont héritée des Indiens caraïbes. Elle est composée de liane, de gingembre, de muscade et d'anis et est mélangée à des fruits et à du sucre de canne.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/59/cuisine_et_boissons.htm#ixzz3wYPU5egB

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

Géographie Guadeloupe

La Grande-Terre

Située à l'est, elle forme un triangle d’environ 40 km de côté. Mal nommée, la Grande-Terre est en réalité une terre moins étendue (et moins haute) que la Basse-Terre.

Au nord, la campagne est occupée par les champs de canne à sucre et bordée par un littoral escarpé qui se termine par des falaises abruptes et quelques anses sableuses. Entre Le Moule et la pointe de la Grande-Vigie, les paysages façonnés dans le sous-sol calcaire rappellent une « côte normande tropicale ».

À l'extrême est, la pointe des Châteaux forme une avancée rocheuse battue par les flots de l'océan.

Les bourgs et les cultures vivrières se concentrent dans des vallons intérieurs.

Au sud, du Gosier à Saint-François, la côte s'appelle la Riviera, et aligne des stations balnéaires et de belles plages. 
Microrégion discrète et peu fréquentée dans l'arrière-pays de Sainte-Anne, les Grands-Fonds forment un labyrinthe étrange de mornes cultivés et de vallées encaissées. On dit que certaines vallées seraient au-dessous du niveau de la mer.

La Basse-Terre

Située à l'ouest, c'est la partie montagneuse, boisée et volcanique de la Guadeloupe. Bien qu'ayant été colonisée avant la Grande-Terre, elle est plus longue à sortir de son isolement.

L'activité volcanique se manifeste épisodiquement par les réveils du volcan de la Soufrière, qui culmine à 1 467 m. Cette île-montagne possède des volcans d'âges différents alignés du nord au sud sur la crête montagneuse. En période de somnolence volcanique, seules quelques sources chaudes jaillissent dans la région de Bouillante, sur la côte Sous-le-Vent.

La forêt domaniale couvre la Basse-Terre aux trois quarts, incluant le Parc national dans sa moitié sud-ouest.

Sur la Côte-au-Vent de la Basse-Terre, il pleut souvent et plus qu'ailleurs. Les précipitations y sont bien plus importantes qu'en Grande-Terre, et augmentent considérablement avec l'altitude.
La route côtière, longtemps sinueuse et assez dangereuse, a pris désormais des allures moins critiques.

Environnement et parc national

Parc national de la Guadeloupe

Avec son Parc national, la Guadeloupe dispose d'un argument majeur pour le développement raisonné d'un tourisme tourné vers les richesses du patrimoine, qu'elles soient naturelles ou mises en valeur par l'homme. Créé en 1989, le parc est longtemps resté le seul Parc national français d'outre-mer.

Le cœur du Parc couvre environ 40 % du massif forestier de la Basse-Terre du massif forestier de Basse-Terre, des Deux Mamelles au nord aux contreforts de la Soufrière au sud.

Les richesses naturelles du Parc peuvent s'énumérer en chiffres, soit 300 espèces d'arbres et d'arbustes, 270 espèces de fougères, une centaine d'espèces d'orchidées, une quarantaine d'espèces nicheuses d'oiseaux, une dizaine d'espèces de chauves-souris, dont deux uniques au monde, sans oublier, pour partir à leur découverte, plus de 200 km de « traces », les sentiers entretenus par le parc.

Le Parc dispose d'ailleurs d'une vitrine pour familiariser les visiteurs à la forêt tropicale humide, la Maison de la forêt, à mi-chemin de la route de la Traversée. Mais plus que les indications précises fournies sur la faune et la flore, ce sont sans doute les conseils prodigués par les gardes qui en font une étape obligée pour les amateurs. Idéalement située, elle constitue par essence un très bon point de départ pour des randos dans la forêt.

Quant au Grand Cul-de-Sac Marin, il est classé en zone humide d’importance internationale pour les oiseaux d’eau (convention de Ramsar).

Les zones protégées du Grand Cul-de-Sac sont à la fois terrestres (1 622 ha) et marines (2 085 ha). Elles sont au nombre de six, bien délimitées, et représentent un quart de cette grande baie fermée par un long récif corallien. Plusieurs îlets sont concernés.

Enfin, devant la plage de Malendure, à Bouillante, les îlets Pigeon, haut lieu de la plongée sous-marine, sont connus sous le nom de « réserve Cousteau ». Fonds riches et magnifiques, dont la fréquentation est heureusement réglementée depuis qu’elle fait partie du Parc national. Compte tenu de ce pedigree, on s’étonne qu’un projet de téléphérique dans le Parc même pour se rendre au sommet de la Soufrière soit sérieusement à l’étude.

En plus du travail de conservation du patrimoine naturel, le Parc a aussi pour mission de mener des actions de sensibilisation à la protection de la nature afin de promouvoir l'écotourisme.
Le Parc recommande donc, sous le label « Marque de confiance du Parc », un certain nombre d’adresses (hébergements, activités et sites) allant dans ce (bon) sens. Essentiellement situées sur la Basse-Terre, nous vous recommandons bon nombre de ces adresses, ainsi que celles d’un autre label, dynamique et complémentaire, l’association Guadeloupe Écotourisme.

Réserves naturelles

- Depuis l’intégration du Grand Cul-de-Sac Marin au Parc national de Guadeloupe, les îlets de Petite-Terre, au sud-est de Saint-François, sont devenues réserve naturelle guadeloupéenne.
Les iguanes constituent la particularité de la faune de Petite-Terre, alors que la flore compte un arbre magnifique, le gaïac, dont il ne reste qu’une centaine de spécimens.

- On trouve également une réserve naturelle de 1 200 ha à Saint-Barthélemy, une autre de 3 060 ha à Saint-Martin, créée en 1998, et une réserve biologique au nord de la Grande-Terre depuis 2015.

Ces classements imposent un certain nombre de contraintes comme le respect, pour les visiteurs, de la réglementation en vigueur (interdiction de pêcher et de chasser, de camper, de déranger les animaux, de faire du feu...). Tout professionnel du tourisme pénétrant avec des clients dans une zone classée Réserve doit aussi posséder une autorisation délivrée par l’autorité gestionnaire.

Autre message : Faire cette documentation si nécessaire pour bien expliquer est un vrai délice de Capoue et plus car affinité tant cette location en Guadeloupe aussi bien pour les couples qui vont en leur gite, que pour la location de votre villa Guadeloupe sans gite mais avec la location de votre véhicule chez ti Char est le meilleur choix à petits prix que vous trouverez sous les tropiques antilles locations.Nous en sommes ravis au fond du cœur.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/172/geographie.htm#ixzz3wYPfNezv

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

Traditions Guadeloupe

Religions et croyances

Adventistes, baptistes, méthodistes, témoins de Jéhovah... Une insularité en appelle une autre. Comme en Polynésie, les micro-Églises sont ici chez elles. Pour beaucoup d'Antillais, en effet, la ferveur importe plus que le chemin.

Dans les villages, la messe est suivie avec conviction : femmes en coiffe, messieurs endimanchés et marmots gominés. Les lieux de culte qu'ils fréquentent avec grand respect s'accomodent assez mal du short et du marcel débraillé... Chacun prend sa plus belle voix pour chanter les cantiques. Le jour de leur première communion, les jeunes filles portent de magnifiques robes blanches en dentelle.

Les temples hindous, quant à eux, vous feront regretter Bénarès. Le shivaïsme originel s'est corrompu au contact des chrétiens créoles. La grande fête s'appelle tout simplement Bon Dieu Cooli (le coolie, c'est l'Indien). Quatre jours de sacrifices (un mouton, un coq) et de danses rituelles en habits bariolés, qui peuvent aller jusqu'aux transes sacrées sur le tranchant d'un sabre.

Les premiers colons ont introduit le catholicisme et l'ont imposé aux esclaves. Ces derniers, marqués par leurs croyances africaines, ont teinté la religion des maîtres de multiples superstitions, conservant ainsi une partie de leurs croyances animistes. Cependant, les chances sont minces de croiser un gadédzafé qui bénit, désenvoûte ou encore un quimboiseur qui jette le mauvais sort. Les Guadeloupéens qui ont besoin de leurs services savent où les trouver. Si vous êtes tenté, voyez les petites annonces dans les journaux locaux.

Les Antillais entretiennent également un rapport étroit avec leurs morts. Les veillées mortuaires (qui se raréfient) servent à accompagner le défunt jusqu'à sa dernière demeure, pour qu'il ne revienne pas, courroucé, tourmenter les vivants. Ils vont parfois rire et chanter. Ils vont manger et aussi boire du rhum. Avec, à chaque verre, une goutte versée à terre pour le mort.

Les rastas

Pour la plupart des gens, le rasta n’est rien plus qu’un amateur de reggae portant son bonnet comme un drapeau sur ses cheveux longs entrelacés en tresses très serrées (dreadlocks) en forme de lianes et enduites de pâte de cactus ou de cacao. Ce look de baba-cool tropical, popularisé par Bob Marley, Peter Tosh et Jimmy Cliff, cache pourtant une philosophie érigée en culture et en mode de vie par de nombreux Noirs des Caraïbes, en majorité anglophones.

Né à la Jamaïque, ce mouvement religieux a gagné les autres villes anglophones. Contraction de Ras Tafari, titre de noblesse donné à l'empereur d'Éthiopie Hailé Sélassié, le rasta obéit à la doctrine fondée dans les années 1920 par le « prophète » noir américain Marcus Garvey. Ce leader nationaliste voua sa vie au peuple noir exilé, lui transmettant la connaissance de ses ancêtres et la nécessité de lutter contre l'asservissement. Les descendants de ceux qui furent déportés d'Afrique comme esclaves au XVe siècle se sont donc mis à potasser la Bible, seul ouvrage autorisé aux Noirs. C’est ainsi que naquit une nouvelle religion, le « rastafarisme », qui mélange de façon souvent nébuleuse les préceptes hébraïques et d’incroyables extrapolations sur le couronnement du négus.

Cette mystique particulière aux Antilles aura au moins eu l'intérêt de donner à la musique l'un de ses genres les plus originaux : le reggae. Et son chanteur-prophète le plus doué, Bob Marley, a pris la place d'Hailé Sélassié dans le cœur des jeunes rastamen. Chantant l'exode de ses ancêtres, prêchant la pauvreté et vilipendant les représentants de Babylone la corruptrice, Marley a permis à des millions de Noirs exilés de comprendre que « Dieu est homme » et qu'« un homme sage ne parle pas trop ».

Les rastas, non violents, croient au pouvoir pacificateur de la musique, observent un régime alimentaire très strict et préfèrent vivre sans travailler. Le sound system (gros magnéto portatif) à fond, les dreadlocks au vent, ils mènent leur existence dans une extase permanente, à l’écart de la société de consommation. Leur occupation essentielle consiste à pratiquer un jardinage d’un genre particulier : ils plantent, cultivent et fument la ganja.

Si la marijuana a, aux yeux des rastafaris, de nombreuses vertus (médicinales, aphrodisiaques et autres), elle aura plutôt pour vous celle de causer des problèmes. Surpris en flagrant délit, pétard à la main, le routard écopera d’une amende, voire d’une peine de prison... Malgré les palmiers et le soleil, les lois de la République s’appliquent ici comme ailleurs !

Vêtement traditionnel

Pour être belle, autrefois, il fallait casser sa tirelire : superbe jupon de broderie anglaise, corsage décolleté, jupe ample en madras (un tissu mordoré à carreaux, acclimaté ici par les Indiens), foulard triangulaire, grande robe chatoyante pour les fêtes, sans oublier un arsenal de bijoux en or (collier-chou, chaîne-forçat, etc.). Adieu foulards, adieu madras... 
Ce costume superbe a disparu du paysage courant, même s'il se porte toujours pour les cérémonies, les fêtes (comme celle des cuisinières) et le carnaval. 
Les femmes antillaises, qui adorent s'habiller pour les grandes (et petites) occasions, arborent fréquemment leurs boucles d'oreilles... créoles, comme on les appelle. Autrefois, ces parements étincelants étaient enroulés de fil noir en période de deuil, tandis que la coiffe se parait de blanc.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide/guadeloupe/65/traditions.htm#ixzz3wYPnVXkE

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

Cartes Guadeloupe

Autres cartes : Guadeloupe ouest 
 

Carte Guadeloupe est

Carte Guadeloupe est - Plan Guadeloupe estCarte Guadeloupe est - Plan Guadeloupe est

Carte Guadeloupe ouest

 Carte Guadeloupe ouest - Plan Guadeloupe ouestCarte Guadeloupe ouest - Plan Guadeloupe ouest

Cliquez sur la carte Guadeloupe ouest pour l'agrandir

Les incontournables en Guadeloupe: retrouvez en un coup d'oeil, en images et sur la carte Guadeloupe les plus grands sites touristiques à voir en Guadeloupe.


En savoir plus : http://www.routard.com/guide_carte/code_dest/guadeloupe.htm#ixzz3wYQ0bA8V

Guide voyage Guadeloupe, Saint-Martin, Saint-Barth 2016

Liens utiles Guadeloupe

Comité du tourisme de Guadeloupe 
Site officiel du comité du tourisme. Présentation des îles et des sites touristiques, infos pratiques, activités sur terre et sur mer, documents à télécharger, agenda, etc. Bien conçu.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Parc national de la Guadeloupe 
Le site officiel du Parc national de la Guadeloupe. Pour tout savoir sur les randos, les sites, (la réserve de Grand Cul-de-Sac Marin, les chutes du Carbet, la Soufrière, etc.) et les adresses labellisées par le parc. Vivant et bien illustré.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Archipel 
Une mine d’infos en tout genre sur l’archipel. Propose des rubriques complètes sur la pratique de la voile et du surf. Fournit également une liste d’hébergements et prestataires, ainsi que des prévisions météo détaillées.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Navigateurs 
Indispensable pour tous les routards navigateurs, ce site actualisé régulièrement par une association de marins recense les plus belles escales, les ports et les points de mouillage, les clubs et les spots de plongée des Antilles. Il offre aussi de nombreuses infos très pratiques comme les formalités de douanes maritimes, les cartes satellites, les fréquences radio, la météo... En anglais.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Gastronomie créole 
Le site officiel des Cahiers de la gastronomie créole propose toutes les recettes de ti-punch et l’ensemble des plats traditionnels antillais, des entrées aux desserts.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Écotourisme avec Guadeloupe Autrement 
Cette association a été fondée pour promouvoir l’écotourisme. Elle est aujourd’hui la seule habilitée à attribuer la marque de confiance du Parc national (signalée pour les adresses de ce guide), réservée aux prestataires touristiques qui se sont engagés dans une démarche de respect et de valorisation du patrimoine naturel et culturel de la Guadeloupe.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Association Guadeloupe écotourisme 
Association de petites structures familiales (hébergement, sites et prestations touristiques) proposant d’allier la découverte du patrimoine de l’île et le respect de son identité et de sa nature. Ses membres respectent les critères de l’écotourisme et du développement durable dans leur fonctionnement quotidien.
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Portail écologique de la Caraïbe 
Traite de l’écologie en Guadeloupe, mais aussi en Martinique et dans les Antilles en général. Nombreuses rubriques : econews (les infos), biodiversité, énergies, etc. Pour que la Guadeloupe demeure un jardin d’Éden. 
Voir le site - Signaler un lien cassé 
 
Office de tourisme de Marie-Galante 
Vous trouverez un bref historique de l’île, quelques informations essentielles sur les sites à ne pas manquer et, précieux, un annuaire touristique.
Voir le site - Signaler un lien cassé

 

Obtenez directement la météo de Deshaies & Sainte-Rose !
THEMES DU SITE LOCATION GUADELOUPE BASSE-TERRE DESHAIES :
Référant : C'est une villa de vacances en location en Guadeloupe. Certains évènements sont très prisés incontournables et connus, c' est bien le cas de Noêl et Carnaval.  A partir de cette villa se trouve à mi chemin entre Deshaies et Sainte Rose sur la Guadeloupe, mais nous avons aussi des gîtes sur la commune de Sainte-Rose. Chaque saison de l’année apporte ses évènements et ses festivités. En quittant ce gîte en Guadeloupe est en pleine belle situation , mais nous avons aussi des bungalows toujours sur la Guadeloupe vers Sainte-Rose Deshaies qui sont en fait les Gites "villa Bagatelle". Le carnaval ou VaVal donne son plein en Février à Deshaies Guadeloupe comme partout . Mais la Guadeloupe propose toute l’annéeq uantité d’autres surprises toujours belles à découvrir : nous pouvons chanter, danser, admirer les paysages, s’amuser...  Les danses locales, les jeux et feux d'artifices sont beaux car à Deshaies ou Sainte Rodse ne Guadeloupe où nous exerçons la location gite guadeloupe, mais aussi d'autres cottages, appelés aussi bungalows et qui sont en général plus petits qu'une villa privée avec piscine en Guadeloupe. Ce cottage de charme en Gwada-Guadeloupe, est à côté d'autres gites toujours en la belle et désirée Ile de Guadeloupe que d'autres bien informés dénomment gîtes ou bien gite  même s'ils se trouvent toujours évidemment sur Guadeloupe qui est très belle en basse terre. Pointe-à-Pitre débute les festivités , identiquement au carnaval à la Martinique. Le jour du Dimanche Gras, vous irez voir défiler la Grande Parade en partant de votre joli Gite "villa bagatelle" de charme et cosy en Guadeloupe basse-terre qui vous est proposé à prix tout doux et exclusif , alors que le gite tropical aux Petites Antilles précisément en location Guadeloupe basse-terre  est de toute première qualité et de style créole moderne, bien que toutes choses pesées il ressorte que l'ensemble du terroir offre des gites aux différents styles de Guadeloupe de la si verte et colorée basse terre.