Culture - Géographie et Carte - Location Guadeloupe hébergements

 

 

 

 

La Soufrière, cœur brûlant de la Guadeloupe


 

Le sommet de la Soufrière n’est pas occupé par un cratère unique, mais par une succession de gouffres. Ici, le gouffre Tarissan, qui devrait son nom à un vétérinaire tombé dedans par accident, au XIXe siècle. © Marie Dorigny

Le volcan actif qui, du haut de ses 1 467 m, domine l’île antillaise, se laisse aujourd’hui approcher par les randonneurs. Mais gare à ses fumerolles sulfureuses. 

Les nuits de Basse-Terre sont sonores. À chaque crépuscule, la plus grande et la plus sauvage des deux îles qui forment la Guadeloupe résonne des croassements des crapauds-buffles et des chants des hylodes, de minuscules grenouilles brunes presque invisibles. Ce département français d’outre-mer dispose d’une géographie paradoxale. À l’est, l’île de Grande-Terre s’étale en un plat pays bordé de plages de sable blanc, tandis qu’à l’ouest, son double, Basse-Terre, a la verticalité d’une chaîne de massifs volcaniques. Deux mondes à l’envers, baptisés selon leur latitude, sans égard pour le relief. Les touristes prisent en général le premier, mais le second abrite un véritable éden végétal, ainsi que les soubresauts du volcan de la Soufrière. Une attraction tellurique à l’assaut de laquelle partent de plus en plus de visiteurs en quête de sensations fortes.

Directrice de l’Observatoire volcanologique et sismologique de Guadeloupe, Céline Dessert est aux premières loges. « La Soufrière est l’un des volcans les plus surveillés du monde. Une centaine de capteurs et de points de mesure se trouvent sur le dôme, qui enregistrent ses déformations, les microséismes, la température… On reçoit des données en flux continu », explique-t-elle. À 8 km à vol d’oiseau, le toit du bâtiment offre une vue imprenable sur le volcan. La « Vieille Dame » porte assez mal son surnom. Apparu il y a 445 000 ans, le complexe volcanique de la Grande Découverte dont elle fait partie est tout jeune, géologiquement parlant. Quant au dôme visible aujourd’hui, plus haut sommet des Petites Antilles avec ses 1 467 m, il n’existait pas lorsque Christophe Colomb débarqua sur l’île, à la fin du XVe siècle. Il s’est formé après la dernière éruption magmatique, en 1530. Le volcan n’a ensuite produit que des éruptions phréatiques, éructant un mélange de cendres, de vapeur d’eau et de roches. Depuis 1992, un regain d’activité lui vaut d’être scruté en permanence par les volcanologues.

Au pied de l’un des sentiers qui mènent au sommet du dôme, la forêt tropicale cède brutalement la place à la végétation rase de la savane d’altitude. Des blocs de roches jonchent un tapis de sphaignes et de lichens. Ces rochers ont été expulsés du dôme et charriés par des coulées de boue sur les flancs du volcan lors de sa dernière éruption, en 1976. Une brume froide, balayée par des bourrasques de vent, s’installe au début de l’ascension. L’environnement, soudain inhospitalier, annonce la couleur : une heure de marche raide, les vêtements constellés de bruine. Au sommet, seuls quelques ananas montagne – des plantes reconnaissables à leurs fleurs écarlates – s’accrochent encore.

Le relief, tourmenté, a des allures de chaudron de sorcière : des gouffres ourlés de teintes jaune vif et bleutées crachent des vapeurs sulfureuses dans un grondement ininterrompu. Tous les quinze jours, les volcanologues opèrent des prélèvements au coeur de ce brouet. « Avant, il y avait ici une prairie d’herbes. Elle a commencé à brûler à partir de 1992, quand les fumerolles se sont réactivées », détaille Céline Dessert. Depuis juillet 2014, des gaz s’échappent même de la rocaille d’un sentier de randonnée, près du gouffre Tarissan et de son lac d’acide. Le chemin est désormais pavé de pierres chaudes, poudrées de soufre.

« On connaît encore peu de chose sur le fonctionnement du système hydrothermal de la Soufrière, reconnaît Céline Dessert. Mais on peut tout de même prévoir les éruptions phréatiques de un à deux ans à l’avance. » Si les émanations toxiques interdisent l’accès à certaines parties de la Soufrière, le site demeure très fréquenté. Les lieux distillent un enchantement vénéneux, que les habitants ont appris à aimer. Il n’en a pas été toujours ainsi. Il y a trente ans, Gérard Berry est devenu le premier Guadeloupéen titulaire d’un brevet d’État d’accompagnateur en montagne – et l’un des pionniers des randonnées sur l’île (un sentier porte même son nom). À 69 ans, il peut témoigner de l’évolution de la perception du volcan dans la population.

« À la Soufrière, on a vite fait de basculer dans les légendes noires, dit-il. Elles sont liées aux récits des premiers chroniqueurs, comme le père Labat, qui décrivait les phénomènes volcaniques comme horribles. Et ont été alimentées par un certain nombre d’accidents mortels, à la fin du XVIIIe siècle. » De là découle la toponymie dantesque de certaines parties du site : « porte de l’Enfer », « mare au Diable », « tabouret du Diable ». Les lieux ont aussi longtemps été perçus comme un repaire de soucougnans – des esprits malins du folklore créole, qui se déplacent dans les airs et jettent des sorts. « Quelque chose a changé à partir des années 1970, poursuit Gérard Berry. Il y a eu un nouvel intérêt pour le volcan, qui a basculé vers une sorte d’affection. L’Observatoire volcanologique a joué un grand rôle pédagogique, en expliquant le fonctionnement de la Soufrière. La population est partie à sa découverte, profitant de la sérénité de ses flancs tapissés de forêt.»

Les chutes du Carbet, façonnées par d’anciennes coulées de lave, restent très prisées. Sous une canopée de 30m, portée par des acomats boucans, des gommiers blancs et des fromagers, se joue un perpétuel concert liquide. Le grondement des cascades se mêle au murmure d’une multitude de ruisseaux. Mousses luisantes, fougères arborescentes perlées de pluie, grappes de lichens détrempées… dans ce cadre luxuriant, l’eau est omniprésente.

L’ardente activité souterraine de la Soufrière alimente tout un réseau de spas naturels en pleine forêt. Les bords de la rivière Grosse Corde, à quinze minutes à pied du sentier des Chutes, abritent certaines de ces sources chaudes. « C’est le coin des amoureux, là où on fait les bébés », lâchent deux jeunes couples d’Antillais en train de barboter dans une eau à 39 °C, sourire aux lèvres, bières et bouteille de rhum à portée de main. Les traces de cire de bougies qui marbrent les roches autour du bassin et les multiples coeurs et prénoms gravés sur celles-ci témoignent de l’attrait de l’endroit.

Ces gravures ne sont que les plus récents pétroglyphes de l’île de Basse-Terre. À l’ombre du volcan, sur la commune de Trois-Rivières, le parc archéologique des Roches gravées abrite la plus grande concentration d’art rupestre des Petites Antilles. Un témoignage unique des Amérindiens qui peuplaient la Guadeloupe avant l’arrivée des Européens. Des blocs issus de coulées de lave datées d’environ 87 000 av. J.-C. y ont servi de support aux artistes. Les roches sont peuplées de silhouettes humaines et de visages plus ou moins schématiques, tous orientés vers le soleil couchant. Possibles marqueurs territoriaux, leur importance spirituelle pour les anciennes populations de l’île ne fait guère de doute, mais leur signification symbolique reste un mystère. Les raisons de leur accumulation au sud de Basse- Terre sont en revanche connues. Le volcan et ses pentes fertiles attiraient déjà les hommes il y a des siècles.

Par Marie-Amélie Carpio-Bernardeau

 

A ne pas rater en Guadeloupe

En Grande-Terre 1) Commune du Gosier: - L'aquarium de la Guadeloupe - Plage municipale (plage du bourg) - Plage de Saint-Félix - Visite de la mangrove, îlet Caret, îlet du Gosier etc.... avec KING PAPYRUS, au départ de la marina de Pointe à Pitre Bas du Fort. Vous pouvez aussi partir de Sainte-Rose avec Jean-Luc et Marie-Laure par exemple, ou d'autres prestataires. - En réalité  à partir du Gosier il y aurait "Les Grands Fonds" à voir. Historiquement c'est là que les Matignons, parmi les premiers blancs installés, pro-noblesse, venaient se cacher des "révolutionnaires" lors de la révolution française et de ses différentes périodes. Les Grands Fonds doivent être représentés sans route, avec peu de chemin, en pleine jungle. Voila leurs cachettes ! Quelle merveilleuse histoire, celle de la Guadeloupe avec ses cinq siècles de vie française !   2) Commune de Sainte-Anne: - Plage municipale - Village artisanal - Plage de bois-jolan (magnifique, mais il faut y aller à marée haute, c'est-à-dire avant 13h00, car à marée basse il n'y a quasiment pas d'eau).

En Basse-Terre la jolie

3) Commune de Deshaies: 

  • - Jardin Botanique (sur l'ex "colline Coluche" 
  • - Plage de Bas Vent dite "de la villa CoCo" (ex plage du Club Med !)
  • - Plage de Grande-Anse 
  • - Plage de La Perle 
  • - Plage de Ferry Leroux 

4) Sur la route des mamelles (aussi appelée "route de la traversée") - Parc zoologique des mamelles - La cascade aux écrevisses - La mamelle de Pigeon (petite randonnée d'1 heure A/R) 5) Commune de Saint-Claude: - Le volcan. Belle randonnée. Il faut cependant que le sommet du volcan soit totalement (15 jours par an en moyenne) ou partiellement ( 37 jours par an en moyenne) dégagé sinon cela n'a aucun intérêt (brouillard).S'il ne fait pas beau sur le littoral, il ne fait pas beau sur la Soufrière, c'est une règle immuable, en revanche qu'il fasse beau en bas est une condition nécessaire mais non suffisante pour qu'il fasse beau là-haut. Le volcan est visible de presque partout en Guadeloupe (je dis bien "presque"). Si le sommet n'est pas totalement dégagé (99% du temps), je vous conseille de faire le tour du dôme, qui vous est proposé à mi-parcours de l'ascension du dôme (indiqué par un panneau) et de ne pas continuer à monter. Ascension + tour: 5h de marche au total. Ascension uniquement: 3 h de marche au total. Tour uniquement (ce que je vous conseille) dont le départ se situe à mi-parcours de l'ascension (ascension interrompue): 4h de marche au total. Vous pouvez aussi aller contempler le cratère de la citerne :Au pied du dôme, avant le début de l'ascension, prendre à droite sur le chemin goudronné. -La boucle de la grande découverte (4h de marche, c'est une boucle). Le début de la trace se situe à proximité du parking de la maison forestière de Matouba. Attention, tout comme pour le volcan, il faut que le temps soit beau. 6) Commune de Capesterre-Belle-Eau -La première chute du carbet (4h de marche aller-retour). -La deuxième chute du carbet (50 minutes de marche aller-retour). La plus visitée des trois,  car ne nécessitant pas un temps de marche très important, en revanche, contrairement aux deux autres qu'on peut approcher de très près et où l'on peut même se baigner, on est contraint de l'observer à une distance de 200m, à travers la végétation, donc bof bof.Comme pour la première, le point de départ de la marche est accessible par le lieu-dit "Saint-sauveur". -La troisième chute du carbet (2h de marche aller-retour).Le point de départ de la marche est accessible par le lieu-dit "Routhiers". En cas de doute, ne pas hésiter à demander aux locaux que vous rencontrerez et qui se feront un plaisir de vous renseigner , mais le chemin est "relativement" bien indiqué. La cascade est plus petite que les deux autres, mais le débit est impressionnant, c'est la préférée. - Le Grand-Etang - La plage de roseau 7) Les Saintes (la troisième plus belle baie du monde): Terre-de-haut ou Terre-de-bas. A 25 minutes de bateau au départ de la commune de Trois-Rivières.Mais on peut également prendre le bateau depuis Pointe-à-Pitre . 1 journée suffit pour visiter l'une des deux îles (Terre-de-haut ou Terre-de-bas). Il vaut mieux commencer par Terre-de-haut pour une première visite. 8) Marie-Galante (L'île aux superbes plages et au rhum à 59°) -Plage de la Feuillère à Capesterre de Marie-Galante -Plage de Petite Anse à Capesterre de Marie-Galante -Plage de l'Anse Canot à Saint-Louis -Plage de Folle Anse à Saint-Louis. -Gueule Grand gouffre à Saint-Louis -Visite d'une distillerie ou d'une rhumerie Il faut également prendre le bateau (45 minutes de trajet). Il est habituellement conseillé de consacrer au moins 2 jours à la visite de cette île. 9) Commune de Saint-François: - Plage des raisins clairs - Pointe des châteaux (Monter jusqu'à la croix). - L'anse à la gourde - L'anse du mancenillier (sur la route de la pointe des châteaux) - L'anse loquet (sur la route de la Pointe des châteaux, environ 400 m après l'anse du mancenillier, petite crique très mignonne). - Les îlets de Petite-Terre, accessibles par bateau depuis St-François. - Maison de la noix de coco (sur la route de la Pointe des châteaux). 10) Commune d'Anse-Bertrand: - Pointe de la (grande) vigie. - La porte d'enfer . N'oubliez pas de faire une ou plusieurs haltes au bord de la route qui surplombe les falaises. - La trace des falaises. ( Très belle randonnée qui dure 10h A/R si vous la faites dans sa totalité). Point de départ: Porte d'enfer. Pour le départ de la trace, longer la droite du lagon (où se trouve l'aire de pique-nique) jusqu'au fond. Chapeaux, ravitaillement et beaucoup d'eau obligatoires, le soleil tape par-là. - Plage de la chapelle 11) Commune de Port-Louis: - Plage du souffleur 12) Commune de Gourbeyre: - Le bassin bleu , petite rando. Par beau temps, beau point de vue sur la Soufrière et la Citerne au début de la rando. A proximité de la mairie, prendre le panneau indiqué "Palmiste", ça grimpe sec pendant une dizaine de minutes, arrivé sur le plateau du "palmiste", vous aurez une vue sur la Soufrière et un peu plus loin un panneau indiqué "Bassin bleu", le bassin bleu est à une 1/2 h de marche au départ de la marche. 13) Commune de Petit-Bourg: -Saut de la lézarde, petite rando (avec à l'arrivée une jolie cascade) dont le départ se situe au lieu-dit "Vernou" (50 mn A/R). -Parc floral et animalier de Valombreuse (un peu moins intéressant que celui de Deshaies mais avec un restaurant super sympa situé en pleine nature, cadre très agréable). 14) Ville de Pointe-à-Pitre: -Le marché central et de manière générale, toute la rue Frébault avec ses divers magasins (objets souvenirs ou artisanaux) et son atmosphère très animée. 15) Commune de Sainte-Rose: -Le saut des trois cornes, randonnée botanique en forêt tropicale humide, 5h A/R. Le départ de la marche se situe dans les hauteurs de la commune, au sommet du lieu dit "Sofaïa". -Le musée du rhum -Le domaine de Sévérin -Plage de Cluny (la houle est souvent forte donc la baignade pas toujours possible, mais le site mérite au moins une photo). 16) Ville de Basse-Terre: -Le marché. 17) Commune de Pointe-Noire -Le saut d'Acomat. En cas de doute, ne pas hésiter à demander aux locaux que vous rencontrerez et qui se feront un plaisir de vous renseigner , mais le chemin est "relativement" bien indiqué. -Plage de Petite anse -La maison du bois -La trace des contrebandiers (randonnée de 7h A/R). Vous pouvez très bien n'en faire qu'une partie. -La trace Belle-hôtesse (randonnée de 3h A/R). 18) Commune de Trois-Rivières -Plage de Grande-Anse -Parc archéologique des roches gravées. -Musée de la banane 19) Commune du Moule -Plage de l'autre bord Voilà pour les visites. Important: Plein soleil, chaussures de randonnées, un sac à dos  dans lequel vous mettrez une quantité suffisante de nourriture et d'eau, sont le minimum requis pour randonner sereinement. Islander post Du Routard en 2008. ( Nota : le site offre des locations hébergements sur la Guadeloupe en Basse-Terre vers Sainte-Rose et Deshaies, avec ses villas , gites , avec piscine et des locations de bons véhicules à petits prix sympathiques )

 

guadeloupe/la recherche insect ecran.jpgINSECT ECRAN 

CONTRE les moustiques, maringouins, yenyen, cousins, 

mystères de la nature,...la meilleure formule en pharmacie

Les Saintes jolies 

guadeloupe/les saintes.jpg

( Nota : Offre d' hébergements saisonniers en Guadeloupe Basse-Terre Sainte-Rose Deshaies, avec villas , gites , piscine et de bons véhicules à petits prix sympathiques ! )

Pour y aller de  DESHAIES Bas Vent :

En voiture aller à Trois Rivières puis (aprés s'être quand même renseigné) :

Il y a plusieurs bateaux qui partent pour les Saintes : à 8.00 h le matin (SMIS) puis à 9.00 h (Brudey + Deher)

et le dernier vers 9.30 h (SMIS).

Pour le retour, il en va de même : 14.45 h (SMIS) 15.45 h(Deher et Brudey) et 17.15 h (SMIS).

Mais aussi :

vous pouvez bénéficier d'une réduction importante (15 € au lieu je crois de 22 €) en utilisant le bon de réduction

que l'on trouve dans la brochure "réductions" à demander à n'importe quel office de tourisme (cette réduction

fonctionne avec une seule compagnie dont je ne me rappelle plus le nom... mais c'est précisé dessus).

Attention, prendre autant de brochures que de passagers !

En arrivant, louer un scoot ou partez en visite guidée et commentée dans des petits bus, (le faire à pied c'est plutôt dur),

les chauffeurs vous accostent sur le quai à votre arrivée, surtout faite la visite du Fort, profitez de la plage de Dompierre ,

Revenez tranquillement par le bateau départ vers 16h.

Un "routard" a dit mais bon ... ? : " je ne conseille pas le restaurant "douceur de l'île" p.248 du guide car l'accueil a été plus que froid et le

poisson à mon avis du surgelé ! Bonne balade !" 

Bonne journée aux Saintes !

Marie Galante 

Tout d'abord "jeter un oeuil" à la galerie du Routard pour vous donner à rêver aussi ...

http://www.routard.com/guide_voyage_lieu/2300-marie_galante.htm

Ensuite le site de Marie Galante 

http://www.tourisme-marie-galante.com/index.php/sejourner/comment-venir

Sans commentaire aucun n'est-ca pas ?

Bon, comment s'y rendre ... et bien encore la même adresse avec simple conseil

de prudence, téléphonez avant pour être certain de tout :

http://www.tourisme-marie-galante.com/index.php/sejourner/comment-venir

Où s'y loger  :

http://www.tourisme-marie-galante.com/index.php/fr/sejourner/se-loger

 

Votre Deshaies Petit Bas Vent Guadeloupe

Dans le Nord de la Guadeloupe et lové au cœur d’une baie protégée par les montagnes DESHAIES bénéficie d'un cadre superbe.  Fier de ses valeurs culturelles aux origines très diverses, le peuple guadeloupéen possède une forte identité qu’il conserve farouchement.  L’histoire du département est à revivre à travers ses différents monuments tels que l’ancien monastère Saint-Antoine, l’habitation Mamiel, ou encore la Maison Petrelluzi qui sont tous protégés au titre de « monuments historiques ».  

La côte Sous le Vent, sur laquelle se trouve Deshaies, est la côte la moins peuplée de la Guadeloupe. Il est encore possible de se retrouver seul sur ses plages de sable fin ! Abrité des nuages, qui restent accrochés à la Soufrière, ce village est considéré comme l’un des plus beaux des Caraïbes. Pas de grandes constructions en béton qui bloquent le front de mer; ici, les gîtes et les locations sont à échelle humaine, et beaucoup sont tournés vers l’écotourisme et le développement durable. Les plages sont propres et les habitants y tiennent !

La Guadeloupe est, dans nos cœurs, cette île aux belles eaux des tropiques, au doux parfum de canne à sucre, de rhum et de bananes. Basse-Terre domine les îles avec sa Soufrière, toujours menaçante. La rivière Salée qui la sépare de Grande-Terre, presque ingrate et aride, semble parfois bien plus immense que l’océan qui la relie à sa métropole…Offrez-vous quelques jours de détente dans une jolie maison louée pour les vacances dans l’un de ces paysages aussi bien variés que contrastés.

La côte occidentale abrite par exemple de paisibles anses aux plages de sable blanc. Plus fréquentées, les plages de Grande-Terre, protégées par les récifs coralliens, s’étalent dans les grandes stations balnéaires de la « Riviera ».

La température de la mer, 28°C, fait de la Guadeloupe un cadre idéal pour les activités nautiques telles que la baignade, le surf, le ski nautique ou encore les bouées tractées. Le « papillon » était le paradis de la biodiversité, de la forte naturalité et des espèces endémiques. Pour les amoureux de la nature, la forêt tropicale et le massif montagneux de la Basse-Terre, protégés dans le cadre du Parc national, est une aubaine.

Les plages sont bercées par le zouk, chantre de ce métissage musical et chanté par les Kassav, Zouk Machine, Francky Vincent, etc. Le Gwo Ka, une musique traditionnelle, le quadrille et la biguine, des danses de couple impressionnantes, sont pratiqués partout dans les villes.

Mêlant diverses essences tropicales, le parc s’étend de la mangrove, avec sa forêt de palétuviers, aux sommets formés de savanes de mousses et de lichens, en passant par la forêt dense et luxuriante intermédiaire. La réserve est dominée par la Soufrière, actuellement à l’état de repos éruptif. Accédez au sommet de la vieille dame via des circuits de randonnée pédestre.

Lors de son arrivée à Basse-Terre, Christophe Colomb a rendu hommage à la Vierge, la « Virgen de Guadalupe », pour son aide à la découverte de cette nouvelle terre. 

Destination plutôt paisible, la baignade et la promenade y sont les deux activités les plus prisées. Avec le Parc National de la Guadeloupe juste à côté, n’oubliez pas vos chaussures de marche ! Forêts primaires et paysages à couper le souffle vous attendent. Ne manquez pas ce voyage extraordinaire à flanc de montagne, qui vous emmènera sur le plus haut sommet de l’île, celui de la soufrière. Et pour les plus aventureux d’entre vous, un club de plongée est disponible sur le bourg, proposant aux amateurs comme aux inconditionnels des promenades sous-marines des plus surprenantes.

Du côté des plages, 6 se trouvent dans les environs du village, et toutes proposent une eau turquoise, du sable blanc et des cocotiers ! De quoi passer des vacances on ne peut plus relaxantes sur l’un des plus beaux littoraux de l’île. De plus, des festivals et animations sont organisés chaque année sur la côte, comme des soirées de Gwo-Ka (percussions Antillaises) ou le festival du Bokit (un sandwich frit).

Profitez de votre location de vacances pour faire vos emplettes dans les épiceries du coin, vous pourrez y trouver de nombreuses spécialités guadeloupéennes, comme du boudin antillais !

Pendant votre visite à Deshaies, ne manquez pas :

- La manioquerie, qui propose tous les dimanches une dégustation de Kassav, des galettes au manioc. On y trouve également de la farine de Manioc.
- La montagne aux orchidées, qui propose une promenade à la découverte des plus belles espèces d’orchidées de la Guadeloupe. La maison coloniale se visite également.
- Le jardin botanique de Deshaies, qui abrite de nombreuses espèces de plantes et d’arbres parfois endémiques, et dont certains sont introuvables ailleurs sur l’île.
Le petit village de Deshaies est une destination soleil par excellence. En hiver comme en été, son sable sera toujours chaud et ses forêts toujours vertes. Venez vous reposer au son des vagues de la mer des Caraïbes lors de vos prochaines vacances au Paradis.

http://www.gitesdefrance-guadeloupe.com/nos-actualites2.html

 


LES FÊTES EN GUADELOUPE

Les fêtes de Guadeloupe sont chacune des moments de détente, d'amusement, de danse et de musique, chaque mois différents morceaux de vie guadeloupéenne rythmées par le gwo ka (tambour local) à ne manquer sous aucun prétexte !

JANVIER :

1er Janvier : Fête des Grands Fonds, à Sainte-Anne avec des courses de bœufs  tirant et remise des prix.

29,30,31 Janvier : Fête de Pombiray à Saint-François, une grande fête indienne.

FEVRIER

Le Carnaval, il commence le dimanche de l'Épiphanie (1er dimanche de janvier).

Les festivités les plus importantes se situent à Pointe-à-Pitre, mais le carnaval de Basse-Terre est peut-être plus authentique

MARS

05/03 au 08/03 : Les jours gras jusqu'à Mardi Gras

Le carnaval est à  paroxysme, tout travail fait place aux défilés des groupes costumés de Carnaval passant dans les rues, chantant et dansant

09/03 :  Mercredi des Cendres: lors d'un défilé nocturne funérailles et "Grand Brilé Vaval" (incinération du roi du Carnaval "Vaval")

31/03 : Mi-carême - journée de répit pendant le carême. Jour férié. Vidé, parades en costumes rouge et noir

AVRIL

Début  Avril :  Fête de la Mer  à Saint François

14/04 au 17/04 : 14ème édition du KARUJET, Championnat du Monde de RallyJet. Plage de Viard, Petit-Bourg.

24/04 au 25/04 : Les Fêtes de  Paques : pique-niques traditionnels sur la plage

24/04 au 25/04 : Fête du crabe à Morne à l'Eau, célébrée autour d'un pique-nique pour la protection de la mangrove où se reproduit le crabe.

24/04 au 25/04 : Fête du cabri (chèvre) à la Désirade. Lors de cette fête le cabris (chèvre) est dégusté à toutes les sauces.

23/04 au 01/05 : 12ème édition GUADARUN, raid aventure - 6 îles et  6 étapes

MAI

03/05 : Fête de Vieux-Habitants (Saint Joseph)

03/05 :  Fête de Petit-Canal (Saint Philipp/Saint Jacques)

27/05 :  Commémoration de l'abolition de l'esclavage. Jour férié, nombreuses manifestations à travers l'archipel

JUIN

02/06 :  Ascension. Jour férié. Traditionnels pique-niques sur la plage

11/06 :  10ème Volcano Trail, grand raid international autour du massif de la Soufrière à Saint-Claude.

11 au 13/06 :  Festival International de musique de Marie-Galante

Juin  : Fête du Lamentin

12 au 13/06 :  Pentecôte : Traditionnels pique-niques sur la plage

21/06 : Fête de la musique. Manifestations et concerts dans tout l'archipel

24/06 :  Fête de Baie-Mahault (St. Jean Baptiste)

24/06 :  Fête du Moule (St. Jean Baptiste)

29/06 :  Fête de Deshaies (St. Pierre et St. Paul)

JUILLET

01/07 au 31/08 : FESTIVAL DE LA GUADELOUPE, Manifestation annuelle (gastronomie, musique, promenades, fêtes traditionnelles)

Juillet : Forum d'artisanat d'art et de traditions populaires de Sainte Anne

Juillet :  Festival de Gwo-Ka de Sainte Anne, pendant une semaine,artistes connus et moins connus se produisent sur la plage et dans la rue centrale du BOURG.

06/07 : Fête de Port-Louis (Notre Dame des 7 douleurs)

26/07 : Fête de Goyave

26/07 : Fête de Sainte-Anne

26/07 : Fête de Capesterre de Marie-Galante

AOUT

06 au 15/08 : Tour cycliste de la Guadeloupe avec de nombreuses animations à chaque étape et une grande fête est organisé à l'arrivée à Pointe-à-Pitre

Août : Festival de Musiques traditionnelles au Moule

Août : Election de Miss Guadeloupe

06/08 : Fête des cuisinières: les cuisinières, en l'honneur de leur patron, St. Laurent, portent des paniers de victuailles à la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul puis défilent dans les rues de Pointe-à-Pitre. Suit un banquet avec chants et danses ouvert à tout le monde.

14 au15/08 :  Fête des Marins, Marina de Saint François

15/08 : Fête patronale et fête des marins-pêcheurs aux Saintes,Terre-de-Haut. Messe des Marins, Procession, Bénédiction de la Mer

15/08 : Fête de Grand-Bourg à Marie-Galante

15/08 : Fête de Pointe-Noire

15/08 : Fête de Trois-Rivières

15/08 : Fête de la Désirade : la Fête des Marins

15/08 : Fête de Petit Bourg

17/08 : Fête de Capesterre-Belle-Eau (Saint Hyacinthe)

23/08 : Fête de Sainte-Rose (Sainte Rose de Lima)

25/08 :  Fête du Gosier (Saint Louis)

25/08 : Fête de Bouillante (Saint Louis)

25/08 : Fête de Saint-Louis à Marie-Galante (Saint Louis)

28/08 : Fête de Saint-Claude (Saint Augustin)

OCTOBRE

04/10 :  Fête de Saint-François

04/10 :  Fête de Basse-Terre, quartier St François (Saint François)

09/10 :  Fête d'Anse Bertrand (Saint Denis)

15/10 : Fête de Basse-Terre, quartier Ste Thérèse (Ste Thérèse)

NOVEMBRE

Novembre - Avril : Saison des combats de coq. Information: Office du Tourisme

01/11 au 02/11 : La Toussaint - Jour des Défunts, jour férié. Les cimetières sont illuminés par des milliers de cierges

11/11 :  Fête de Gourbeyre (Saint Charles)

11/11 : Fête de Saint-Martin, Grand-Case

22/11 : Fête de la Musique en l'honneur de sa patronne, Sainte Cécile. Concerts sur les places publiques et dans les églises

30/11: Fête de Morne-à-l'Eau (Saint André)

DECEMBRE

Décembre : Chanté Noël. Soirées de chants de cantiques traditionnels de Noël dans les églises, sur des places de village....

Décembre : Vieux-Habitants : Nwel kakado (du nom d'une petite écrevisse noirâtre des rivières, que l'on avait coutume de consommer à Noël) Cette Fête de Vieux-Habitants est la plus réputée dès le 1er vendredi après l'avant. Une fête, un grand moment de partage, une très ancienne tradition qui, depuis quelques années, connaît un franc succès.

Décembre : Fête des quartiers de Pointe-à-Pitre. Concerts, shows, animations

06/12 : Fête de Saint Nicolas à Terre-de-Bas / Les Saintes. Patron de la Commune.
Messe des Marins, Procession, Bénédiction de la Mer

08/12 :  Fête des Marchandes aux Abymes (Immaculée Conception). Procession des Marchandes. Info : Syndicat d'Initiative des Abymes

10 au 11/12 : Festival Îlojazz, carrefour des musiques créoles. Concerts gratuits aux Abymes et Pointe-à-Pitre sur la place de la Victoire

24 et 25/12 :  Réveillon de Noël. Repas traditionnel: riz et pois de bois, boudin, colombo de porc. Messe de Minuit (avec choeurs en créole dans certaines églises)

28/12 : Fête des Saints Innocents. Messes traditionnelles pour les enfants qui apportent leurs cadeaux de Noël à l'église.

31/12 :  Réveillon de la Saint-Sylvestre -

 

LE MAGNIFIQUE SITE DE LA VILLE DE BOUILLANTE : http://www.destination-bouillante.com/-A-visiter-Cote-sous-le-Vent-

guadeloupe/bouillante.jpg

QUELQUES HAUTS SITES PATRIMONIAUX

  • de l'habitation Joséphine à Matouba où alors qu'il était enfant, St John Perse venait passer ses vacances en famille,
  • à l’habitation Petit Parc, à St Claude, ancienne caféière datant de le 2ème moitié du XIXe siècle, dont l’importante restauration suivie par la DAC a permis de réhabiliter à l’identique l’ancienne demeure,
  • puis à l’habitation Bouvier à Baillif, un site d'industrie sucrière qui a conservé une exceptionnelle roue à aube en bois,
  • et à la cathédrale de Basse Terre, monument historique récemment restauré,
  • pour ensuite visiter le Fort Delgrès, site historique phare de la Basse-Terre,
  • et enfin le parc des Roches gravées, lieu unique et tout à fait exceptionnel d’art rupestre.

Lors de son arrivée à Basse-Terre, Christophe Colomb a rendu hommage à la Vierge, la « Virgen de Guadalupe », pour son aide à la découverte de cette nouvelle terre. La Guadeloupe est, dans nos cœurs, cette île aux belles eaux des tropiques, au doux parfum de canne à sucre, de rhum et de bananes. Basse-Terre domine les îles avec sa Soufrière, toujours menaçante. La rivière Salée qui la sépare de Grande-Terre, presque ingrate et aride, semble parfois bien plus immense que l’océan qui la relie à sa métropole…Offrez-vous quelques jours de détente dans une jolie maison louée pour les vacances dans l’un de ces paysages aussi bien variés que contrastés. La côte occidentale abrite par exemple de paisibles anses aux plages de sable blanc. Plus fréquentées, les plages de Grande-Terre, protégées par les récifs coralliens, s’étalent dans les grandes stations balnéaires de la « Riviera ». La température de la mer, 28°C, fait de la Guadeloupe un cadre idéal pour les activités nautiques telles que la baignade, le surf, le ski nautique ou encore les bouées tractées. Si les pesticides n’avaient pas fait tant de dégâts, le « papillon » serait encore le paradis de la biodiversité, de la forte naturalité et des espèces endémiques. Mais tout n’est pas encore perdu ! Pour les amoureux de la nature, la forêt tropicale et le massif montagneux de la Basse-Terre, protégés dans le cadre du Parc national, est une aubaine. Mêlant diverses essences tropicales, le parc s’étend de la mangrove, avec sa forêt de palétuviers, aux sommets formés de savanes de mousses et de lichens, en passant par la forêt dense et luxuriante intermédiaire. La réserve est dominée par la Soufrière, actuellement à l’état de repos éruptif. Accédez au sommet de la vieille dame via des circuits de randonnée pédestre. Fier de ses valeurs culturelles aux origines très diverses, le peuple guadeloupéen possède une forte identité qu’il conserve farouchement. Les plages sont bercées par le zouk, chantre de ce métissage musical et chanté par les Kassav, Zouk Machine, Francky Vincent, etc. Le Gwo Ka, une musique traditionnelle, le quadrille et la biguine, des danses de couple impressionnantes, sont pratiqués partout dans les villes. L’histoire du département est à revivre à travers ses différents monuments tels que l’ancien monastère Saint-Antoine, l’habitation Mamiel, ou encore la Maison Petrelluzi qui sont tous protégés au titre de « monuments historiques ».La cuisine guadeloupéenne est caractérisée par l’utilisation des épices, arômes et des produits agricoles comme la banane poyo, du fruit de l’arbre-à-pain, de gombos, et des produits de la mer… Le blaff est le plat le plus typique : poissons ou crustacés bien assaisonnés, épicés et aromatisé avec du bouquet garni, du piment, du jus de citron, et d’oignons

Article issu de WikiPedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tourisme_en_Guadeloupe

 

LA GUADELOUPE TOURISTIQUE

La Guadeloupe est une destination prisée pour le tourisme, pour ses plages de sable blanc ou de sable noir, ses cascades, ses musées, sa faune et sa flore, et ses nombreux sites à découvrir au hasard de la visite de certaines communes de l'île. La Guadeloupe offre aussi de nombreuses activités sportives, comme le nautisme, randonnées, découverte des fonds marins, pêche au gros, visite de Grand-cul-de-sac-Marin, etc.

Le tourisme en Guadeloupe est rendu attractif par la richesse naturelle de l'île, flore et faune, et aux moyens mis en place par le parc national de la Guadeloupe. L'activité touristique possède sa propre économie, essentiellement centrée sur une clientèle française1.

Les touristes qui visitent la Guadeloupe voyagent, pour la majorité d’entre eux, en famille, ils ne sont que 12 % à voyager seul contre 80 % à se déplacer en famille2.

Sommaire

  • 1 Contexte général

    • 1.1 Repéres géographiques

    • 1.2 Parc national

  • 2 La vie au quotidien en Guadeloupe

    • 2.1 Label de qualité touristique

    • 2.2 Fêtes et jours fériés

    • 2.3 Cultes

    • 2.4 Informations pratiques

  • 3 Déplacements et voies d'accès

    • 3.1 Transport aérien

    • 3.2 Transport terrestre

    • 3.3 Transport maritime

  • 4 Organisation touristique

    • 4.1 Les plus belles balades en Basse-terre

      • 4.1.1 La Soufrière

      • 4.1.2 La cascade aux écrevisses

      • 4.1.3 L'îlet Caret

      • 4.1.4 La cascade Acomat

      • 4.1.5 Les chutes du Carbet

      • 4.1.6 Le marché de Basse-Terre

      • 4.1.7 Les distilleries

      • 4.1.8 Les plages

    • 4.2 Les plus belles balades en Grande-terre

      • 4.2.1 Pointe-à-Pitre

      • 4.2.2 Sainte-Anne

      • 4.2.3 Pointe des Châteaux

      • 4.2.4 Le Moule

      • 4.2.5 Porte d'Enfer

      • 4.2.6 Pointe de la Grande-Vigie

      • 4.2.7 Morne-à-l'Eau

  • 5 Conjonctures touristiques actuelles

    • 5.1 Généralités

      • 5.1.1 Les touristes de séjour

      • 5.1.2 Les touristes hôteliers

    • 5.2 Enquête sur la fréquentation hôtelière

  • 6 Annexes

    • 6.1 Sources et bibliographie

    • 6.2 Notes et références

    • 6.3 Articles connexes

    • 6.4 Liens externes

 

Contexte général

Repéres géographiques

Ce territoire français des Antilles (mer des Caraïbes) se trouve à environ 7 000 km de la métropole, 600 km au nord des côtes de l'Amérique du Sud, à 600 km à l'est de la République dominicaine et à 950 km au sud-est des États-Unis.

La saison sèche dure de février à juin, avec des pluies éparses en montagne, et la saison humide de juillet à janvier, avec des pluies plus abondantes et risques de cyclones aux alentours de septembre/octobre. La température de l'air est agréable toute l'année, elle oscille entre 23°C en hiver et 32°C en été, celle de la mer entre 25°C et 28°C, l'hygrométrie moyenne est de 77 %3.

Parc national

Article détaillé : Parc national de la Guadeloupe.

Le parc national de la Guadeloupe fait partie, de même que ceux des Cévennes, des Écrins, du Mercantour, de Port-Cros, des Pyrénées et de la Vanoise, des sept parcs nationaux français.

Ce parc national est un territoire fragile, dont les remarquables paysages ainsi que la faune et la flore justifient des mesures de sauvegarde particulières. Le parc s'articule en deux zones : l'une centrale inhabitée, l'autre périphérique destinée à la mise en valeur de ses richesses naturelles, culturelles et économiques4. Le classement comme parc national entraîne une interdiction à l'exportation de végétaux récoltés dans ces zones, à l'exception de fleurs coupées achetées dans les points de vente agréés.

La vie au quotidien en Guadeloupe

Label de qualité touristique : 

Depuis 1998, un label de qualité « Marque de Confiance » est accordé par le Parc national de la Guadeloupe à certains professionnels du tourisme, qui s'engagent à valoriser le patrimoine naturel et culturel de la Guadeloupe et à exercer une activité à taille humaine, favorisant un accueil personnalisé, convivial et de qualité. Cette démarche concerne l'ensemble de la Guadeloupe et ses dépendances en quatre types d'activités  : hébergements, sites et lieux de visite aménagés, activités marines, et activités de pleine nature5.

Fêtes et jours fériés

Les jours fériés en Guadeloupe sont les mêmes que ceux de la France métropolitaine. Seules quelques fêtes supplémentaires sont commémorées, telles que :

  • Février : Carnaval, du dernier dimanche de l'Épiphanie au mercredi des Cendres.

  • 27 mai : Fête de l'abolition de l'esclavage

  • 21 juillet : Fête de Victor Schoelcher, ancien député de la Martinique et de la Guadeloupe.

  • Août : Tour cycliste de la Guadeloupe.

  • Août : Fête des cuisinières à Pointe-à-Pitre.

  • Août : Concours des bœufs-tirants.

  • Novembre à Avril : Combats de coqs.

Cultes

La population guadeloupéenne est en majorité catholique, ou hindouiste pour la population d'origine indienne, mais on trouve aussi des communautés juives, musulmanes, adventistes, baptistes, témoins de Jéhovah, etc6. Les coutumes de l'île requièrent une tenue festive (endimanchée) pour assister au culte.

 

Informations pratiques

La langue officielle en Guadeloupe est le français, mais le créole est parlé par une grande partie de la population. L'anglais est seulement parlé dans les grands ensembles touristiques. L'indicatif téléphonique de la Guadeloupe est le 590 depuis les pays étrangers. Du département de la Guadeloupe (y compris les Saintes, Marie-Galante, la Désirade, Saint-Martin et Saint-Barthélemy), vers la Métropole ou un autre DOM, il suffit de composer le numéro national à 10 chiffres de son correspondant. Pour appeler l'étranger et les Territoires d'Outre Mer: préfixe international 00 + indicatif national7.

  • En Guadeloupe, il est déconseillé de s'allonger sous le mancenillier, sa sève provoque de graves brûlures (toujours signalés par une pancarte).

  • Certains poissons péchés contiennent des toxines qui provoquent la ciguatera.

  • L'oursin noir est toxique, seul l'oursin blanc est comestible.

  • Certaines rivières, véhiculent la larve de la bilharziose (généralement signalées)6.

 

Déplacements et voies d'accès

Transport aérien

  • Transport transatlantiques : Les compagnies Air France, Corsairfly, Air Caraïbes, Neos, et XL Airways desservent la Guadeloupe.

  • Transport transamériques : Les compagnies Air Canada et American Airlines desservent l'aéroport de Pointe-à-Pitre/Abymes.

  • Transport inter-îles : Air Caraïbes, Air Antilles Express, et Liat assurent les liaisons entre la Guadeloupe et la Martinique et les autres îles de la Caraïbe6.

Transport terrestre

La Guadeloupe «continentale» est constituée par la juxtaposition de l'île de Basse-Terre et celle de Grande-Terre, séparées uniquement par la rivière salée, un petit bras de mer, entre l'agglomération Pointe-à-Pitre/Abymes à l'ouest et la ville de Baie Mahault à l'est. Pour aller d'une île à l'autre, ce détroit est franchi par deux ponts autoroutiers : le pont de la Gabarre au nord, sur la route départementale D23, et le pont de l'Alliance au sud.

  • Autobus: plusieurs compagnies privées, partant de Pointe-à-Pitre ou de Basse-Terre, desservent toutes les communes. Horaires variables et arrêt à la demande6.

  • Taxis: les tarifs sont fixés par arrêté préfectoral : dès que l'on sort de la zone urbaine, les prix sont relativement élevés6.

  • Location de voitures: de nombreux loueurs, mais en haute saison (décembre - avril) il est préférable de réserver6.

Transport maritime

  • Départ de la Gare Maritime de Pointe-à-Pitre pour les Îles des Saintes, Marie-Galante, La Désirade, la Dominique, la Martinique, Sainte-Lucie8.

  • Départ de Saint-François pour Marie-Galante et la Désirade.

  • Départ de Trois-Rivières pour les Îles des Saintes.

  • Liaison régulière au départ de Marigot et Gustavia entre Saint-Martin, Saint-Barthélemy et l'île néerlandaise de Saba8.

( Nota : Ce portail offre des locations sur la Guadeloupe en Basse-Terre vers Deshaies et Sainte-Rose : villas , gites , piscine , de belles voitures à petits prix sympathiques )

Organisation touristique

La Guadeloupe dénommée « l'ile aux belles eaux » présente une grande diversité de sites et de paysages sur une faible superficie, ce qui donne la possibilité de fractionner son séjour en plusieurs parcours pédestres, maritime ou routier. Ces parcours peuvent être organisés et découpés en plusieurs circuits qui se situeront soit sur l'île de Basse-Terre (montagneuse, riche en faune et en flore) soit sur l'île de Grande-Terre (région touristique, pourvue de grandes plages aménagées) qui toutes deux constituent le département de la Guadeloupe.

guadeloupe/bateau catamaran.jpg

 

Transport maritime

Les visites touristiques depuis la Guadeloupe vers les dépendances, Marie-Galante (au sud), les îles des Saintes (Terre-de-Haut et Terre-de-Bas) (au sud), la Désirade (à l'est), doivent être minutieusement préparées pour organiser l'aller-retour par bateau ou en avion. On peut y faire l'excursion à la journée mais ces îles constituent des destinations à part entières et nécessitent un séjour de quelques jours voir la semaine afin d'en profiter pleinement. Des hôtels, gîtes et chambres sont disponibles, par ailleurs il est conseillé de réserver au préalable. En saison, les Saintes connaissent une grande fréquentation compte tenu de leur notoriété. Possibilité de location éventuelle de véhicules ou scooters.

Les îles de la petite Terre, et les îlets du grand cul de sac marin (Carêt, Fajou) sont prévus en excursions à la journée. Ces îles sont désertes et ne disposent pas d'hébergements.

Les plus belles balades en Basse-terre

Article détaillé : Basse-Terre (île).

Points d'intérêts en Basse-terre.

Basse-terre est la partie émergée d'une chaîne montagneuse sous-marine, née de la rencontre des plaques tectoniques atlantique et caraïbes il y a 55 millions d'années. Sur cette partie de l'île, de nombreux sentiers de découverte aménagés et balisés sont proposés aux touristes amateurs de randonnées, pour leur faire découvrir une vie végétale et une vie animale inoffensive pour l'Homme, comme les grillons, les petites grenouilles, le Trembleur brun (Cinclocerthia ruficauda), les iguanes ou la mangouste9.

La Soufrière

Article détaillé : Soufrière (Guadeloupe).

À l'assaut de la soufrière.

La Soufrière, 1 467 mètres d'altitude, baptisée « La vieille dame », est un jeune volcan de seulement 120 000 ans. Ses deux dernières éruptions importantes (1797 et 1976) ont été des éruptions phréatiques ; sa dernière éruption magmatique date d'une époque datée approximativement à 1440. Lors de l'éruption phréatique de 1976, près de 800 000 m3 de matériaux furent projetés, ainsi qu'une quantité importante de gaz toxiques tels que le sulfure d'hydrogène et le chlorure d'hydrogène10.

L'ascension de la soufrière débute par une randonnée au départ du circuit, mais demande de réaliser de la varappe pour gravir les 200 derniers mètres. Pour escalader le sommet, il est conseillé par mesure de sécurité de se munir de bonnes chaussures fermées, et d'un vêtement chaud pour se protéger du vent froid rencontré au sommet. Les sentiers balisés et entretenus restent tout de même pénibles à gravir pour les personnes peu entraînées à la marche physique, l'ascension durant plus de 3 heures11.

Les habitants de Saint-Claude viennent régulièrement honorer Notre-Dame de la Guadeloupe, installée au creux d'une niche aménagée au pied du volcan10.

Stèle du 2e régiment d'infanterie de marine.

Le pas-du-Roy, départ de l'ascension, est une voie pavée d'accès au dôme de la soufrière, seul chemin possible pour les randonneurs. Une stèle de 1887, témoigne des travaux du 2e régiment d'infanterie de marine qui créa la station d'acclimatation en aménageant des bassins de pierre pour les soldats souffrant de fièvre jaune, de typhoïde ou de dysenterie. Près de 40 000 personnes ont foulé ces pavés en 2007.

Les amateurs de nature pourront découvrir l'ananas-jaune montagne (Guzmania plumieri), le mangle-montagne (Clusia mangle), la siguine blanche ou philodendron géant bâtard (Philodendron giganteum), le fuchsia-montagne (Charianthus alpinus) et diverses fougères10.

La cascade aux écrevisses

Cascade aux écrevisses

Située sur la route des deux Mamelles, la cascade aux écrevisses est accessible par un chemin balisé qui mène jusqu'à la cascade, une aire d'observation en bois se situe en bas du sentier permettant une observation sans risque de glissade, à la portée des randonneurs accompagnés par leur famille. Le pique-nique y est autorisé, de même que la baignade dans la vasque naturelle creusée dans la pierre. Un plan descriptif du tracé ainsi que des espèces rencontré se situe au début du parcours, celui-çi coulé en bronze comporte les inscriptions en braille pour le non-voyants. Avec près de 200 000 visiteurs par an, la Cascade aux Ecrevisses est le site touristique le plus fréquenté de la Guadeloupe12.

L'îlet Caret

Article détaillé : Îlet Caret.

L'îlet Caret.

L'ilet Caret, banc de sable né en 1989 après le passage du cyclone Hugo-le-Terrible (dénommé ainsi par les Guadeloupéens), n'est accessible que par voie maritime. Des locations ou des excursions organisées depuis Sainte-Rose, Baie-Mahaut ou Deshaies, ont pour objectif de découvrir l'îlet, la barrière de corail et la mangrove. Autour de l'îlet, l'eau turquoise d'une profondeur de 80 cm laisse apparaître les fonds marins jonchés de coraux et de poissons multicolores, peu effrayés par les plongeurs. La barrière de corail, qui s'allonge sur 25 kilomètres, régule la houle et protège l'écosystème[réf. nécessaire]. Il est aussi possible de visiter l'île aux oiseaux ou des îlets du carénage, situés au Grand-cul-sac-marin, au large de Sainte-Rose. Cette baie protège une mangrove abondante enracinée dans la vase formée par l'accumulation des feuilles et des algues décomposées. Cette vase dégage un gaz méthane fétide. Peu d'animaux habitent cette végétation particulière : des huîtres (notamment Crassostrea rhizophorae, l'huître creuse de palétuviers) s'accrochent aux racines immergées et les crabes à barbe (Ucides cordatus) se nourrissent de feuilles de palétuviers13.

La cascade Acomat

Article détaillé : Le saut de l’Acomat.

Cascade Acomat

Située sur la route Mahaut Pointe-noire, au lieu dit Les Plaines, avant la plage "Caraïbes", accessible par une route très accidentée, la cascade Acomat est accessible par un chemin non balisé sans trop de difficulté. Le pique-nique, non aménagé, est autorisé ainsi que la baignade dans la vasque naturelle creusée dans la pierre. C'est un lieu privilégié et convivial des guadeloupéens pour se regrouper en famille, et pour déjeuner à l'ombre de la forêt tropicale, lors des week-ends.

Les chutes du Carbet

Article détaillé : Chutes du Carbet.

Les deux premières chutes du Carbet

Le Carbet est une rivière qui dévale le flanc de la Soufrière. Sur son parcours, elle réalise trois chutes. La première, qui est la plus en amont, est à une heure de marche du parking. Située à 2 km en aval de la source, elle est haute de 125 m. La deuxième chute, plus en aval, ne se situe qu'à 20 minutes de marche du parking ; on y accède en traversant un pont suspendu. Haute de 110 m, elle présente à ses pieds un bassin d'eau chaude thermale. Et environ 200 m en aval de la deuxième chute, la troisième chute, d'une hauteur de 20 m, se termine par un bassin circulaire.
Le chemin le plus accessible est de traverser Routhiers et Petit Marquisat au départ du bourg de Capesterre Belle-Eau14.

Le marché de Basse-Terre

Marché de Basse-Terre

Le marché de Basse-Terre, bâtiment récent, n'a aucune curiosité architecturale à offrir au touriste, mais ce qui le caractérise, ce sont évidemment ses couleurs et ses senteurs d'épices, les marchandes qui vous interpellent en vous offrant quelques échantillons de leurs produits, sans oublier celles qui chantent sur un air de musique radiophonique.

Un peu d'histoire pour bien comprendre l'attachement des habitants pour ce marché, lien convivial et lieu phare de toute cette contrée : Le marché de Basse-Terre a fait partie des nombreuses destructions causées par le cyclone de 1928. Le 10 juillet 1929 le conseil général accepte la reconstruction de la bâtisse et, le 10 octobre 1930 le conseil municipal autorise le maire à passer un contrat avec le célèbre architecte Ali Georges Tur. Ce même conseil le 12 décembre 1932 considère que la ville est sans horloge, et prend la décision d'en construire trois sur prestation allemande, une à la mairie, une aux écoles et la troisième sur le marché. Les historiens localisent l'existence d'une geôle à cet endroit vers 1787, ce qui prouverait la présence du marché vers la fin du XVIIIe siècle15.

Les distilleries

Roue à aube du Domaine Séverin

La visite d'une distillerie de rhum permet de retracer trois siècles d’évolution des techniques de fabrication du rhum et de la culture de la canne à sucre par vidéo et visite guidée, souvent à l'aide d'un petit train.

En 1939, il y avait 55 distilleries en Guadeloupe. En 1954, il en restait 37 et depuis le début des années 1970, on en compte que 9. Le rhum de la Guadeloupe n’a pas d’appellation d’origine contrôlée. On distille des rhums agricoles et des rhums industriels plus bruts qu'en Martinique. On peut visiter des distilleries « fumantes » qui distillent et produisent du rhum pour plusieurs producteurs différents, et des « non-fumantes » qui possèdent une partie de leur exploitation de canne à sucre encore active, avec embouteillage sur place et des fûts pour faire vieillir ses propres rhums. Les propriétaires de ces distilleries ont souvent d'autres passions, tel que réunir quelques espèces d'insectes ou d'élever des ouassous (sortes d'écrevisses) dans des bassins aménagés, ou possèdent des parcs de fleurs tropicales, ce qui agrémente et termine la visite par une balade nature16.

Les plages

Plage de Sainte-Anne.

Les routes nationales N1 et N2 longent plusieurs plages de sable fin, à la couleur plus ou moins claire. Toutes ces plages sont bien entretenues et sont jonchées de cocotiers et raisiniers de bords de mer, qui créent les zones d'ombres nécessaires. Installés en bordure de plage, des restaurants, appelés « Lolo » par les locaux, des boutiques de vêtements, des artisans et des professionnels du nautisme proposent toutes sortes de services et activités sportives aquatiques (Jet-ski, plongée sous-marine..).

Les principales plages sont : Plage de viard, anse de sable de Morne-Rouge, plage de sainte Marie, la grande anse de Trois-Rivières, anse Turlet de Basse-Terre, Plage de Rocroy de Vieux-Habitants, plage de la pointe des Habitants, pointe de l'anse A-la-Barque, petite anse des Trois-Tortues, pointe à l'Abbé, pointe de Malendur, anse Caraïbe, anse de Baille-Argent, grande anse de Deshaies, anse de la Perle, plage des naturistes, anse du vieux Fort et pointe Nogent, au delà de Sainte-Rose, le Grand-cul-de-sac-marin, site protégé jusqu'à Baie-Mahault17.

Les plus belles balades en Grande-terre

Article détaillé : Grande-Terre (Guadeloupe).

Points d'intérêts en Grande-terre

Plate et calcaire, La Grande-terre forme l'aile droite du «papillon» guadeloupéen, mais en est aussi la partie la plus touristique avec ses longues plages de sable blanc, ses villages de pêcheurs qui se transforment petit à petit en station balnéaire, ses golfs et ses casinos. Le littoral de la Grande-terre est jalonné de communes et sites pittoresques d'intérêt touristique. En quittant Pointe-à-Pitre en direction de l'est de l'île, on emprunte la "Riviéra" pour atteindre le Gosier. Poursuivant le périple, on traverse Sainte-Anne ; puis Saint-François ; la Pointe des Châteaux ; Le Moule, en remontant vers le nord ; le lagon de la Porte d'Enfer et la Pointe de la Grande Vigie, sur le territoire d'Anse-Bertrand ; Port-Louis et Petit-Canal, en redescendant à l'ouest ; Morne-à-l'Eau et les Abymes pour rejoindrePointe-à-Pitre et boucler la boucle.

Pointe-à-Pitre

Article détaillé : Pointe-à-Pitre.

La ville de Pointe-à-Pitre, sous-préfecture d'arrondissement départemental, est l'entrecroisement touristique de la Guadeloupe. Elle possède un port en eaux profondes au sud, et au nord partage avec la ville des Abymes l'aéroport international Pôle Caraïbes. Devenue ville industrielle à la fin du xixe siècle, elle loge plus du quart de la population de l’île18. Centre culturel de la Guadeloupe, Pointe-à-Pitre est un passage obligé pour les voyageurs. Tantôt anglaise, tantôt française par le passé, plusieurs fois reconstruite, la ville a longtemps été le poumon économique de l'île. Le touriste trouvera au syndicat d’initiative les guides des hôtels et restaurants, la liste des lieux à visiter, et le calendrier des manifestations culturelles de la ville19. Située à la croisée de la Grande-Terre et de la Basse-Terre, la ville mérite une petite promenade vers sa marina et sur les quais du port maritime pour contempler le petit Cul-de-sac marin et voir la foule pressée sur les billeteries en partance pour les îles de Marie-Galante et des Saintes.

Port maritime de Pointe-à-Pitre.

Sainte-Anne

Article détaillé : Sainte-Anne (Guadeloupe).

Inscription:
Victor Schoelcher
1804 - 1893
la race noire reconnaissante
.

Sainte-Anne est un petit bourg situé à l'extrême sud de Grande-Terre. En 1885, la région était essentiellement orientée sur la culture de la canne à sucre, comme en témoignent encore quelques moulins à vent. Actuellement la ville de Sainte-Anne, essentiellement orientée vers le tourisme, offre une grande plage de sable fin fréquentée par les habitants de la région qui viennent passer la journée en famille et par les visiteurs étrangers. Le touriste désirant rester dans la région trouvera des locations de bungalows, des villas, de nombreux gîtes, des locations de véhicules et de nombreuses activités de loisirs. La plage de la Caravelle qui se trouve hors du bourg est bordée de cocotiers. La plage du Centre-Bourg réputée pour des retrouvailles familiales le week-end, et la plage de Bois-Jolan aux eaux de couleur vert émeraude est ceinturée par la barrière de corail20.

Pointe des Châteaux

Article détaillé : Pointe des Châteaux.

Pointe des Châteaux.

La Pointe des Châteaux est un site qui se situe à l'extrémité sud-est de la Grande-Terre, et à 45 km de Pointe-à-pitre. Depuis les falaises, on peut voir les trois îlets ressemblant à des tours et une végétation sauvage et inhabitée, le tout balayé par un vent souvent violent. L'escalade de la « Grand-Croix », située à l'ultime Pointe des Châteaux, offre un panorama sur la Grande-Terre et si le temps le permet, sur l'île de la Désirade21.

Le Moule

Article détaillé : Le Moule.

Le Moule compte actuellement 8 047 habitants, et reste la seconde ville la plus importante de la Guadeloupe. Une fois franchi les écueils, son port maritime reste bien abrité du vent venant de l'océan Atlantique. Les navires au xixe siècle venaient là embarquer le sucre et le rhum, et débarquer des denrées, des engrais, du charbon et des pièces mécaniques pour le montage ou la maintenance desdistilleries22.

Porte d'Enfer

Lagon de la Porte d'Enfer.

Le lagon de la Porte d'Enfer se trouve au nord de la Grande-Terre, entre Le Moule et la Pointe de la Grande Vigie, sur le territoire de la ville d'Anse-Bertrand. C'est un grand bras de l'océan Atlantique qui s’enfonce dans les terres en se rétrécissant, formant ainsi une plage protégée, à l'eau turquoise, chaude et limpide. Par le passé une arche naturelle à demi-fermée surplombait la porte qui s'est depuis effondrée lors du séisme de 1843. Ombragée par des cocotiers, la plage de la Porte d'Enfer est très prisée par les familles guadeloupéennes.
Tout au long de la falaise dominant l’océan, un petit chemin mène au Trou de Madame Coco (Créole Guadeloupéen: Tou a Man Koko), et plus loin au Trou du Souffleur, un geyser maritime qui a hérité son nom des sifflements provoqués par les vagues propulsées au travers de sa cavité rocheuse.

Pointe de la Grande-Vigie

Article détaillé : Pointe de la Grande Vigie.

Pointe de la Grande Vigie.

La Pointe de la Grande Vigie située au Nord de Grande-Terre, est constituée de hautes falaises calcaires de plus de 84 mètres de haut, situées à 7 km de la Porte d'Enfer. En contrebas de ces falaises, se trouvent de nombreuses grottes marines creusées par l'océan, et également des grottes qui jadis abritaient des indiens Caraïbes.

Morne-à-l'Eau

Article détaillé : Morne-à-l'Eau.

Tombe damier.

La commune de Morne-à-l'Eau est située entre la mangrove, les grands fonds et la plaine cultivée de canne à sucre. Le quartier des pêcheurs est le point de départ des bateaux touristiques pour la découverte des mangroves de Grand-Cul-de-Sac-Marin. Un canal qui porte le nom du gouverneur « Le baron des Rotours », relie la commune de Morne à l'eau au Grand-Cul-de-Sac-Marin. Sa construction achevée en 1829 a coûté la mort à une trentaine d'hommes libres et d'esclaves. Ce canal sert au transport de la canne à sucre, et à approvisionner l'usine de Blachet ouverte en 1869. L'église Saint-André, au centre ville, est l'une des sept églises construites en béton armé par l'architecte Ali Tur. Le cimetière, classé monument historique, et ses tombes monumentales aux décorations en damier noir et blanc, sont la plus grande curiosité de la ville.

Conjonctures touristiques actuelles

Article détaillé : Économie du tourisme en Guadeloupe.

Généralités

Points d'intérêts touristiques de la Guadeloupe.

En 2005, 525 000 passagers ont embarqué vers la France depuis l'aéroport de Pointe-à-Pitre/Abymes. Sur les 381 000 touristes retournant en métropole, 370 000 ont séjourné en Guadeloupe et 11 000 ont participé à une croisière. Ces visiteurs ont passé plus de 5 millions de nuits en Guadeloupe, soit une durée moyenne de séjour de 13 jours. Les 144 000 voyageurs restants sont à 70 % des résidents guadeloupéens23.

Sur ces 525 000 passagers :

  • 147 000 visiteurs sont logés par la famille ou par des amis (séjour moyen de 21 jours)

  • 84 000 passagers choisissent les séjours en location (séjour de 23 jours pour les retraités et 11 jours pour les exploitants agricoles)

  • 60 000 passagers choisissent de séjourner en gite (séjour de 17 jours pour les retraités et 10 jours pour les cadres supérieurs)

  • 90 000 passagers choisissent de séjourner en hôtel (séjour de 10 jours pour les retraités et 8 jours pour les cadres supérieurs, mais 1 jour seulement pour les adeptes des croisières).

  • 144 000 voyageurs embarqués vers la métropole depuis l'aéroport de Pointe-à-Pitre/Abymes sont à majorité des résidents guadeloupéens.

Les touristes de séjour

Air Caraïbes, compagnie aérienne régionale

Sur 147 000 visiteurs logés par la famille ou par des amis en Guadeloupe, 92 % résident en France et plus précisément en Île-de-France (32 %), suivie des régions Rhône-Alpes (7 %) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (5 %). Les ressortissants des autres pays d’Europe représentent 7 % provenant de l’Italie, de la Suisse, de la Belgique, de l'Allemagne, et du Royaume-Uni. Les professions libérales et les cadres supérieurs procurent plus d’un quart de touristes sur l'archipel (27 %), suivis des employés, policiers, militaires (20 %), des professions intermédiaires (18 %) et des retraités (13 %)24.

Les touristes hôteliers

Les 90 000 touristes logeant à l'hôtel, sont en majorité des retraités et des cadres supérieurs, dont 46 % de français, et les 54 % restants sont soit étrangers, soit touristes à séjour court organisé lors d'une croisière.

Les touristes français préfèrent séjourner sur la Guadeloupe (16 %), et se tournent de plus en plus vers les hôtels de moins de 3 étoiles (38 %). Les touristes étrangers préfèrent séjourner sur les Îles des Saintes, Marie-Galante, La Désirade, (25 %), et choisissent les hôtels d’au moins trois étoiles (90 % d’entre eux)25.

 

Le premier graphique montre que le nombre total moyen des nuits passées par les clients dans les hôtels au cours d'un mois est faible. Sitôt arrivés sur place, les visiteurs privilégient l'hôtel mais, sur place, ils recherchent d'autres solutions tel que l'hébergement en gite ou éventuellement chez l’habitant.

Le deuxième graphique montre que le nombre total moyen des nuits passées en 2008 par les touristes en Guadeloupe dans les hôtels est globalement en légère baisse par rapport à l'année 2007 écoulée.

Le troisième graphique montre que le nombre total moyen des nuits passées par les touristes étrangers dans les hôtels sont depuis mars 2008 en hausse, ce qui confirme un accroissement significatif des nuitées passées sur l'archipel (12 % contre 3 %) depuis le mois de mai 2007.

  • Nuitées : Nombre total des nuits passées par les clients dans les hôtels au cours du mois : un couple séjournant 3 nuits consécutives dans un hôtel correspondra à 6 nuitées.

  • Durée moyenne de séjour : Rapport du nombre total de nuitées au nombre total d'arrivées de clients hébergés pour le mois concerné.

  • Part des nuitées étrangères : Rapport entre le nombre total des nuitées et le nombre de nuitées passées par la clientèle domiciliée à l’étranger, pour le mois concerné. 26

Ces trois graphiques montrent que la Guadeloupe est fréquentée essentiellement par des touristes français ayant de fortes attaches familiales dans le département, et est de plus en plus boudée par les français de la métropole, mais attire de plus en plus les visiteurs étrangers. Cependant, les structures touristiques visant l'accueil de la clientèle américaine, notamment l'hôtellerie de luxe, sont pratiquement inexistantes.

Annexes

Sources et bibliographie

  • La Guadeloupe : guide touristique et pratique de Jean-Michel Renault - Éditions du Pélican, 1985 - (ISBN 2903696020) - (ISBN 9782903696023)

  • Tourisme et développement de la Guadeloupe de Jean-Claude Baptistide - Archives départementales de la Guadeloupe, 1980

  • Études sur le tourisme à la Guadeloupe de Georges Cazes - Publié par GURIC, 1969

  • Mondes insulaires tropicaux d'Olivier Dehoorne et de Pascal Saffache – Éditions Ellipses - (ISBN 2729836845) - (ISBN 9782729836849) 27

    • Nom de la page : Tourisme en Guadeloupe
    • Crédit à insérer : Contenu soumis à la licence CC-BY-SA 3.0. Source : Article Tourisme en Guadeloupe de Wikipédia en français (auteurs)
    • Code html : http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/deed.fr">Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. 
    • Source : Article //fr.wikipedia.org/wiki/Tourisme_en_Guadeloupe">Tourisme en Guadeloupe de 
    • //fr.wikipedia.org/">Wikipédia en français (//fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Tourisme_en_Guadeloupe&action=history">auteurs)

 

Guadeloupe Géographie Compléments :

Guadeloupe (gwädəlōp) [clé], département d'outre-mer et région administrative de la France (2005 est 449 000 habitants), 687 sq mi (1,779 km carrés), dans les îles sous le Vent, Antilles. Le département comprend les îles voisines Basse-Terre et Grande-Terre (Guadeloupe proprement dite) ainsi que Marie-Galante et Îles des Saintes au sud et La Désirade à l'est. Saint-Barthélemy et la partie française de Saint Martin faisaient partie de la Guadeloupe politiquement jusqu'en 2007. Basse-Terre, sur l'île du même nom, est la capitale de la Guadeloupe; Pointe-à-Pitre, sur Grande-Terre, est le principal port et centre commercial. Les îles ont un climat doux et humide et sont soumis à des ouragans.

Le tourisme ( avec les locations de gîtes, villas , bungalows , cottages , etc. ( en location en Guadeloupe Basse-Terre Deshaies ) est la principale industrie et la majorité des gens sont employés dans le secteur des services. L'agriculture et la production de sucre et de rhum sont également importantes. La Basse-Terre, d'origine volcanique et extrêmement accidentée, est installée le long des côtes et produit des bananes, d'autres fruits et légumes tropicaux, du café, du cacao et des haricots de vanille. Grande-Terre a de faibles falaises calcaires et peu de pluie; Le sucre et le rhum en sont les principaux produits. Il y a aussi l'agriculture de subsistance, l'élevage et la pêche. De plus, la France fournit de nombreuses subventions et nécessités à la Guadeloupe.

La population est principalement d'origine africaine ou mixte et en grande partie catholique romaine. Le français et un patois créole sont parlés. Le chef du gouvernement est un commissaire nommé par la France. L'assemblée législative est composée d'un conseil général élu par 36 membres et d'un conseil régional.

La Guadeloupe, peuplée par les Espagnols, fut finalement abandonnée en 1604. En 1635, la colonisation fut commencée par les Français qui éliminaient les Caraïbes indigènes et importaient des esclaves d'Afrique pour les travaux de plantation. A la fin du XVIIe siècle, la Guadeloupe était l'un des principaux producteurs mondiaux de sucre et l'une des colonies les plus précieuses de France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la Guadeloupe a d'abord adhéré au régime de Vichy en France, mais un accord avec les Etats-Unis en 1942 a conduit à son soutien de la Free Français. En 1946 la colonie de la Guadeloupe devint un département d'outre-mer de la France, et en 1974 elle devint un centre administratif. Ses députés siègent à l'Assemblée nationale française à Paris.

Revenir en page d'accueil pour les locations entre particuliers de gites , gite , villas , villa , voiture , vehicule , bungalow , en guadeloupe basse terre  deshaies ; Merci.

Toutes ces découvertes vous seront bien agréables à partir de vos locations héberghements sympathiques sur la Guadeloupe en Basse-Terre vers Deshaies et Sainte-Rose : villas , gites , piscine , de belles voitures à petits prix sympathiques.

Informations générales sur la Guadeloupe :

La Guadeloupe est un archipel situé dans la mer des Caraïbes orientale, avec une superficie de 1.780 kilomètres carrés, dix fois la taille de Washington, D.C .. Géologiquement, il est très diversifié, allant des hautes montagnes aux plaines plates. Le tourisme est la principale source de l'économie de la Guadeloupe, bien qu'une part importante de son revenu provienne de la dépense des salaires des gouvernements français et des dons de cette nation. La côte sud de la Grande-Terre est populaire pour ses plages de sable blanc, tandis que l'île de Pigeon en Basse-Terre est surtout connue pour la plongée en apnée. Le volcan de La Soufrière est une destination populaire, tout comme les nombreux sentiers simples et abondants qui abondent dans la flore et la faune.

Le travail d'esclave apporté d'Afrique pour travailler les champs de canne à sucre aux XVIIe et XVIIIe siècles, et les serviteurs plus tard de l'Inde et de la Chine, ont abouti à une culture mixte unique connue sous le nom de créole.

La Guadeloupe a été colonisée par la France et est un département d'outre-mer de cette nation. Dans le cadre de la France, la Guadeloupe est membre de l'Union européenne et sa monnaie est l'euro. Il y a eu de nombreuses tentatives d'autonomie depuis la Seconde Guerre mondiale, mais aucune n'a été couronnée de succès. La dépendance économique de la Guadeloupe à l'égard de la France lie les deux.

Géographie

Carte de l'archipel de la Guadeloupe

La Guadeloupe est un groupe d'îles situées entre les îles Sous-le-Vent ou les Petites Antilles dans la mer des Caraïbes orientales. Elle comprend cinq îles: Basse-Terre, Grande-Terre, Désirade, Saintes et Marie-Galante. Plus au nord, Saint-Barthélemy et la section française de Saint-Martin appartenaient autrefois à la Guadeloupe. Cependant, le 7 décembre 2003, ces deux secteurs ont voté pour devenir une collectivité territoriale d'outre-mer.

Les îles voisines de la Guadeloupe sont Antigua au nord, Montserrat au nord-ouest et Dominique au sud.

La capitale politique de la Guadeloupe est Basse-Terre située sur la côte sud-ouest de l'île de Basse-Terre. La plus grande ville urbaine de Grande-Terre est Pointe-à-Pitre [1].

De par sa situation on trouve beaucoup d'offres touristiques en Guadeloupe pour la location en basse-terre deshaies des gites , villas , bungalows , cottages , donc location gite guadeloupe basse-terre sainte rose deshaies.

Topographie

Les deux plus grandes îles de la Guadeloupe, Basse-Terre et Grande-Terre, ressemblent à la forme d'un papillon et sont divisées par un étroit mangrove appelé Rivière Salée. Basse-Terre, l'île occidentale, est montagneuse et volcanique; Son sommet le plus élevé, La Soufrière (1467 m), a éclaté aux XVIIIe et XIXe siècles et est toujours actif. Grande-Terre, l'île orientale, est plate et est composée de calcaire sur sa surface extérieure en raison de l'île submergée sous l'eau dans les périodes géologiques antérieures.

Marie-Galante et La Désirade, îles plates en forme de dessert, sont également de composition calcaire. Les Saintes est composé de huit îles, dont deux seulement sont habitées: Terre-de-Haut [2] et Terre-de-Bas [3] Le paysage typique des Saintes est composé de collines volcaniques et de baies profondes.

Climat

La température moyenne de la Guadeloupe sur les îles les plus plates est de 88 ° F (31 ° C); À des altitudes plus élevées, il est de 74 ° F (23 ° C). L'île de Basse-Terre est plus fraîche et plus pluvieuse que Grande-Terre.

Les noms des îles proviennent de la description des vents qui soufflent sur le terrain, pas le terrain lui-même. Ainsi, l'île est petite et plate est nommée Grande-Terre qui signifie «grande île», tandis que l'ouest, l'île montagneuse est nommée Basse-Terre qui signifie «île plate».

Très bon pour votre hébergement en maison sur la basse terre vers sainte rose ou deshaies. Il y a aussi de sgites ou des bungalow avec vehicule ou voiture .

La faune et la flore

La végétation de la Guadeloupe est très diverse en raison de sa topographie. Basse-Terre est un contraste de bambous, de mangroves et d'arbres forestiers abondants, comme les gencives et les châtaigniers. La forêt a des fougères épaisses, héliconia floraison, et des plantes de gingembre. Les principaux oiseaux trouvés en Guadeloupe sont les pélicans, les colibris, et le wren guadeloupéen menacé. Deux autres espèces menacées sont la tortue verte et la tortue luth. Il y a des ratons laveurs, des mangoustes, des agoutis et des iguanes.

Ces informations ont été compilées exclusivement pour vous afin qu'à partir de vos belles locations saisonnières de gite , villa , véhicule si nécessaire , chez nous en Guadeloupe sur Basse Terre entre Deshaies et Sainte Rose vous profitiez à fond de vos bons moments de bonheur !

Histoire

Natifs

La Guadeloupe a été colonisée pour la première fois par des Indiens arawaks du Venezuela, environ 300 av. J.-C., qui ont pêché et développé l'agriculture sur l'île. Les Indiens Carib, également du Venezuela, ont repoussé la plupart des Arawak au huitième siècle. Ils vivaient aussi de l'agriculture et de la pêche. Les Caraïbes ont rebaptisé l'île «Karukera» ou «l'île des belles eaux».

C'est donc toujours un vrai plaisir d'y louer son gite ou sa villa vers deshaies saintye rose en Guadeloupe sur la basse terre.

Découverte et règlement

La Guadeloupe fut découverte par Christophe Colomb lors de son deuxième voyage aux Amériques en 1493. Il l'appela «Santa María de Guadalupe d'Estrémadure», après l'image de la Vierge Marie vénérée au monastère espagnol de Villuercas, à Guadalupe, en Estrémadure. Les Espagnols firent deux tentatives pour installer la Guadeloupe dans les années 1500, mais à cause de la férocité des Caraïbes, les Espagnols abandonnèrent leur revendication sur les îles.

Après trois décennies, la Compagnie des îles françaises délègue Charles Liénard et Jean Duplessis, Seigneur d'Ossonville, pour coloniser une île ou une des îles de la région, la Guadeloupe, la Martinique ou la Dominique. [4] En raison de la nature inhospitalière de la Martinique, ils s'installent en Guadeloupe. Les Français ont pris possession de l'île le 28 juin 1635. Ils ont chassé de nombreux Carib Amérindiens, ont planté des récoltes et construit le premier moulin à sucre. En 1674, la Guadeloupe est annexée au Royaume de France et une plantation basée sur l'esclavage a été établie.

Première saisie britannique

Au cours du siècle suivant, l'île a été saisie plusieurs fois par la Grande-Bretagne, la première fois entre 1759 et 1763. Durant cette période, Pointe-à-Pitre est devenu un port important permettant aux planteurs d'exporter du sucre et d'importer du bois et de l'alimentation nord-américains. Beaucoup de colons français sont devenus plus riches sous l'occupation britannique et l'économie s'est développée rapidement.

Une autre indication de la prospérité de la Guadeloupe à cette époque était que, dans le traité de Paris (1763), la France, vaincue dans la guerre, accepta de renoncer à ses revendications territoriales au Canada en échange de la reconnaissance britannique du contrôle français de la Guadeloupe. [5]

Révolution française - Monarchistes et Républicains

En 1790, les classes supérieures de la Guadeloupe refusent d'obéir aux nouvelles lois qui exigent des droits égaux pour les libres et tentent de déclarer l'indépendance, entraînant de grandes perturbations. Un incendie éclata à Pointe-à-Pitre et dévasta un tiers de la ville. Une lutte entre les monarchistes (qui voulaient l'indépendance) et les républicains (qui étaient fidèles à la France révolutionnaire) a abouti à la victoire des monarchistes qui ont déclaré l'indépendance en 1791. Cela a été suivi par leur refus de recevoir le nouveau gouverneur nommé par Paris en 1792.

Deuxième saisie britannique

En 1794, les Britanniques envahissent de nouveau la Guadeloupe, forçant les Français à envoyer un contingent de soldats guidés par le nationaliste noir Victor Hugues, qui proclame l'abolition de l'esclavage et fait massacrer plusieurs centaines de planteurs blancs. Il a libéré et armé les esclaves guadeloupéens. Finalement, les Britanniques se retirèrent. [6] Hugues est le plus connu pour autoriser des corsaires à attaquer des navires dans les Caraïbes, apportant la grande richesse à l'île. Avec une armée composée de soldats blancs, mulâtres et ex-esclaves, Hugues a travaillé à l'exportation de la révolution vers les îles voisines, y compris la Dominique, Saint Martin, la Grenade, Saint Vincent et Sainte-Lucie.

En raison des attaques de Hugues contre les navires américains, les intérêts américains sont menacés, créant des tensions entre la France napoléonienne et les États-Unis, ce qui entraîne finalement l'annulation des alliances formelles avec la France et la capture de navires français connus sous le nom de Quasi-guerre. Le président français Napoléon Bonaparte a répondu en envoyant le général Richepance en Guadeloupe pour mettre un terme à l'assassinat et rétablir l'institution de l'esclavage qui resterait en place jusqu'en 1848. Un groupe de 26 forces antiesclavistes dirigées par Louis Delgrès ont été piégées sur les pentes Du volcan Matouba. Quand il est devenu évident que les troupes envahissantes prendraient le contrôle de l'île, certains se sont fait sauter plutôt que de se rendre, laissant un héritage d'héroïsme rappelé à ce jour. Les forces d'occupation ont tué environ 10 000 Guadeloupéens (environ 10% de la population) dans le processus de rétablissement de l'ordre dans l'île. Richepance a ensuite rétabli l'esclavage.

Troisième saisie britannique

En 1810, les Britanniques s'emparèrent encore une fois de l'île et la conservèrent jusqu'en 1813, date à laquelle elle fut cédée à la Suède par suite des guerres napoléoniennes. La Suède avait déjà une colonie dans la région, mais seulement un an plus tard la Suède a quitté l'île en France dans le Traité de Paris de 1814. Le contrôle français de la Guadeloupe a finalement été reconnu dans le Traité de Vienne en 1815.

L'esclavage aboli

L'esclavage a été aboli sur l'île en 1848 à l'initiative de Victor Schoelcher [7]. Une fois émancipés en permanence les esclaves africains, les propriétaires de plantations de la Guadeloupe sont confrontés à de terribles difficultés économiques, contraints de verser des salaires à leurs ouvriers. Des travailleurs de Chine et d'Inde venaient remplacer les esclaves africains libérés. Et d'avoir à payer ces travailleurs pour leurs efforts ont contribué à provoquer la chute économique de nombreux planteurs sur la Guadeloupe. Plusieurs entreprises de plantation, qui ne sont plus rentables sans le travail des esclaves, ont été rachetées par des sociétés étrangères à la fin du XIXe siècle.

Histoire récente

Depuis la Seconde Guerre mondiale, il ya eu plusieurs mouvements d'indépendance. Charles de Gaulle, en visitant les îles en 1956, 1960 et 1964 réussit à convaincre la majorité de rester dans l'Union française. Le contrôle local est devenu plus fort depuis les années 1960, cependant, pendant les négociations stagnantes d'autonomie au cours des années 1970, les groupes séparatistes sont devenus de plus en plus violents. Bien que l'on parle toujours d'autonomie, la France reste déterminée à tenir la Guadeloupe au rang de département. [8]

Les conditions économiques difficiles sur la Guadeloupe ont causé beaucoup de troubles sociaux, et plusieurs révoltes et grèves des travailleurs ont eu lieu pendant des périodes de dépression économique. En réponse à la situation économique stagnante de la Guadeloupe, les autorités insulaires ont commencé à diversifier l'économie afin que la région ne soit pas obligée de compter uniquement sur la culture de la canne à sucre pour survivre sur le marché. La canne à sucre, en fait, a perdu sa rentabilité en raison de coûts de main-d'œuvre élevés. Depuis les années 1950, les agriculteurs de l'île ont commencé à produire des cultures telles que l'ananas, les bananes et le riz pour subventionner l'économie. Aujourd'hui, les bananes, le rhum et le sucre sont encore les principaux produits exportés par la Guadeloupe.

Politique 

Gouvernement

La Guadeloupe est devenue un département d'outre-mer de la France en 1946 et, à ce titre, fait partie de l'Union européenne. Son chef d'Etat est le président de la République française, qui nomme comme préfet un préfet (résident du bâtiment de la préfecture de Basse-Terre). Elle honore la Constitution française de septembre 1958 et utilise le système juridique français. La Guadeloupe est représentée au Parlement français par deux sénateurs au Sénat français et quatre députés à l'Assemblée nationale française.

Le pouvoir législatif est composé d'un Conseil général unicaméral et d'un Conseil régional unicaméral. Le pouvoir judiciaire est composé de deux juridictions: une cour d'appel et une cour d'assises, utilisées pour le règlement des crimes. Ces tribunaux sont situés en Basse-Terre avec juridiction sur la Guadeloupe, la Guyane française et la Martinique.

La politique favorise beaucoup le tourisme pour vos locations en guadeloupe basse-terre de villa, gite en hébergement ou même d'une maison .

Militaire

Il n'y a pas de force militaire régulière en Guadeloupe. La défense est la responsabilité de la France.

divisions administratives

Il existe deux arrondissements: Basse-Terre et Pointe-à-Pitre. L'arrondissement de Pointe-à-Pitre se compose de la Grande-Terre, de la Désirade, de l'île Marie-Galante et des Îles de la Petite Terre. L'arrondissement de Basse-Terre se compose de Basse-Terre et des Îles des Saintes. Il ya 40 cantons.

Économie

Agriculture

L'économie de la Guadeloupe dépend du tourisme, de l'agriculture, de l'industrie légère et des services. Cela dépend aussi de la France pour les subventions et les importations importantes.

La Guadeloupe dépendait avant tout de la croissance et de l'exportation de la canne à sucre, mais lorsque le marché du sucre est devenu moins rentable, l'île a été contrainte de concentrer ses efforts sur d'autres cultures commerciales comme les bananes, qui représentent environ 50% des recettes d'exportation de l'île. D'autres producteurs d'argent dans l'industrie agricole comprennent des cultures telles que l'aubergine, le café, le cacao, les ananas et de nombreuses variétés de fleurs qui sont cultivées le long de la côte de l'île. D'autres cultures locales sont guinnep, noni, sapotilla, paroka, pikinga, giraumon courge, igname, gourde, plantain, christophine, monbin, prunecafé, jackfruit et grenade. La production et l'exportation de rhum font également partie de l'économie agricole de la Guadeloupe.

Beaucoup de résidents autonomes de la région cultivent leurs propres petites cultures pour leurs familles. La plupart des produits manufacturés, tels que les aliments, les carburants, les véhicules, les vêtements et les matériaux de construction sont importés, principalement en provenance de France, mais aussi d'autres pays. Le chômage est particulièrement élevé chez les jeunes. Les ouragans dévastent périodiquement l'économie.

Tourisme

Le tourisme est la principale industrie économique de la Guadeloupe. La plupart des touristes qui visitent l'île viennent des États-Unis, mais les voyageurs viennent de partout dans le monde pour profiter des belles plages et l'expérience de tout ce que cette île a à offrir. Le nombre de navires de croisière qui accostent sur le port de l'île a augmenté ces dernières années, faisant du tourisme de croisière un marché en croissance.

Une destination populaire est les plages côtières du sud de la Grande-Terre, à Gossier, à Saint-Félix, à Sainte-Anne, ou encore à l'est Saint-François. Les forêts verdoyantes et les vues sur l'océan ouvrent la voie à Basse-Terre, la maison du volcan La Soufrière et des chutes de Carbet. Pigeon Island est l'endroit de plongée le plus populaire de la Guadeloupe.

Le tourisme est favorable à vos vacances en Guadeloupe pour y trouver votre location de gite ou de villa ou de bungalow voire de cottage avec vehicule en guadeloupe sur la basse terre vers deshaies ou sainte rose .

Transport

Guadeloupe L'aéroport Pole Caraïbes, au nord de Pointe-à-Pitre, est un aéroport international utilisé par les compagnies aériennes françaises, américaines, canadiennes, britanniques et néerlandaises. La France a la meilleure liaison aérienne avec la Guadeloupe, avec plusieurs compagnies aériennes locales et internationales opérant directement entre Paris et Point-à-Pitre. Les voyageurs canadiens et américains peuvent voler directement sur Air France ou Air Canada; Ceux qui prennent d'autres transporteurs doivent se connecter à San Juan, Puerto Rico. Plusieurs transporteurs volent entre la Guadeloupe et d'autres îles des Caraïbes: Air Martinique et Air Guadeloupe volent entre Pointe-à-Pitre et Fort-de-France sur la Martinique, tandis que LIAT, basée à Antigua, relie la Guadeloupe aux Caraïbes anglophones. Il n'y a pas de taxe de départ. Il ya un aéroport secondaire sur Marie-Galante, et cinq autres petits aéroports dans les autres îles. Voler entre les îles est plus rapide, mais pas nécessairement plus pratique. Air Caraïbes a des vols quotidiens entre Pointe-à-Pitre et Marie-Galante, La Désirade et Terre-de-Haut.

Le port de Pointe-à-Pitre est équipé pour manipuler des cargaisons de minéraux, de sucre et de céréales. Le port de Basse-Terre est spécialisé dans le commerce d'exportation de bananes. Se déplacer entre la Guadeloupe et ses îles associées est plus facile en ferry. Il y a le service entre Pointe-à-Pitre et Les Saintes, Saint-François, Trois-Rivières et Marie-Galante. Il ya aussi des itinéraires de ferry entre Saint-François et Marie-Galante et La Désirade.

La Guadeloupe possède un bon système de bus public qui fonctionne du matin au début de la soirée, avec un service assez fréquent sur les routes principales. Le dimanche, le service est beaucoup plus léger et il n'y a pas d'autobus sur la plupart des itinéraires secondaires. Les taxis sont abondants mais coûteux.

Le réseau routier ( où vous apprécierez nos bons véhicules livrés à votre villa ou gite ou bungalow ) des îles principales est conservé en excellent état. À l'exception de quelques lignes de plantations privées, il n'y a pas de chemins de fer en Guadeloupe. Les véhicules roulent sur la droite. Les règles de circulation et la signalisation sont les mêmes qu'en France.

Les bicyclettes, les scooters et les motos sont également une option, mais étant donné le terrain peu familier et le volume de circulation en Guadeloupe, deux roues sont recommandées seulement pour les plus expérimentés. Les motos peuvent être amusantes sur Terre-de-Haut et Marie-Galante, car il ya peu d'autos sur la route.

 

Éducation


Le français est la langue officielle de l'enseignement. Outre les écoles primaires, il existe des écoles secondaires ainsi que des écoles normales. Une école de sciences humaines, une école de droit et d'économie, une école de médecine et une école de sciences à Pointe-à-Pitre font partie de l'Université des Antilles et de la Guyane. De nombreux étudiants poursuivent des études supérieures en France, ce qui n'est économiquement faisable que pour quelques-uns, en raison du statut national de la Guadeloupe. La Guadeloupe a un taux d'alphabétisation de 90%.

 

Données démographiques


La population estimée de la Guadeloupe est de 453 000 habitants (juillet 2006), dont la plupart vivent à Basse-Terre (plus de 200 000 habitants) et à Grande-Terre (plus de 200 000 habitants). Environ 3 000 personnes vivent dans les Saintes, 1 600 sur La Désirade et 13 000 sur Marie-Galante.

La majorité des insulaires parlent le français, qui est la langue officielle. Un dialecte créole local, le patois, est également largement utilisé. Quatre-vingt-dix pour cent de la population est alphabétisée.

Les recensements français n'indiquent pas l'origine ethnique, donc les estimations des pourcentages de composition ethnique de la Guadeloupe varient. Les Guadeloupeans sont principalement d'origine africaine de la côte guinéenne mélangée avec une certaine ascendance française. Selon le Worldfactbook de la CIA, les estimations de juillet 2006 étaient de 75% de la population noire / mulâtre, 11% pour les Blancs, Tamoul et 9% pour les Indiens de l'Est, 3% pour les Libanais et Syriens; Tandis que le chinois et «l'autre» composaient 2% de la population. Il y a peu d'immigrants de diverses îles des Caraïbes, principalement d'Haïti et de la Dominique.

La majorité des Guadeloupéens, 91%, pratiquent le catholicisme romain. Cinq pour cent sont des chrétiens protestants, tandis que deux pour cent sont des témoins de Jéhovah. Les quatre pour cent restants appartiennent aux religions animistes hindoues ou africaines.

La culture de la Guadeloupe est un mélange d'influences africaines, françaises, indiennes et antillaises. Le mélange est visible dans l'architecture, qui varie des bâtiments coloniaux français aux temples hindous; Dans les aliments - dont un mélange, provenant de diverses cultures, fait de la cuisine de l'île une cuisine créole unique; Et dans la langue créole locale largement parlée.

La culture de la Guadeloupe est probablement mieux connue à travers les réalisations littéraires des insulaires, en particulier la poésie de Saint-Jean Perse, le pseudonyme utilisé par Alexis Léger. Perse a remporté le prix Nobel de littérature en 1960 «pour le vol en plein essor et les images évocatrices de sa poésie qui reflète de façon visionnaire les conditions de notre temps». [9] D'autres contributions littéraires importantes sont produites par de nombreux écrivains vivants, poètes, romanciers, essayistes et journalistes, parmi eux Maryse Condé, Ernest Pépin et Simone Schwartz-Bart.

La musique et la danse sont importantes pour la Guadeloupe et largement acceptées comme une interaction entre les cultures africaine, française et indienne. Son héritage musical est lié à celui de son île soeur, la Martinique. Malgré leur petite taille, les îles ont créé une grande industrie de la musique populaire, qui a gagné en renommée internationale suite au succès de la musique zouk à la fin du XXe siècle. La popularité de Zouk a été particulièrement intense en France, où le genre est devenu un symbole important d'identité pour la Martinique et la Guadeloupe. Les origines de Zouk se retrouvent dans la musique folklorique de la Martinique et de la Guadeloupe, en particulier le chouval bwa martiniquais et le gwo ka guadeloupais et la tradition calypso pan-caribéenne. De nombreux festivals internationaux se déroulent en Guadeloupe, comme le Festival du Blues Créole, le Festival Marie-Galante et le Festival Gwo-Ka Cotellon, pour n'en nommer que quelques-uns. De nombreuses formes d'art euro-français sont également omniprésentes dans le melting pot.

Un autre élément de la culture guadeloupéenne est sa robe. Les femmes en particulier ont un style unique de la robe traditionnelle, avec de nombreuses couches de tissus lumineux, colorés, maintenant portés principalement dans des occasions spéciales telles que des festivals et des événements culturels. Dans les occasions festives, les femmes portent une écharpe de tête attachée sous une variété de formes symboliques. Le bijoux est également important, principalement d'or, dans la robe de la dame guadeloupéenne, un produit d'inspiration européenne, africaine et indienne.

Les arts sont aussi culturellement importants, en particulier la peinture et la sculpture. Les peintres et / ou sculpteurs célèbres sont Michel Rovelas, Claudie Cancellier, Jean-Claude Echard, Christian Bracy, Roger Arekian, les Frères Baptiste, Michelle Chomereau-Lamothe, Léogane, Pédurand, Nicole Réache et Victor Sainsily.

Le football est populaire en Guadeloupe. Thierry Henry, une star de l'équipe nationale française et club de la ligue espagnole du FC Barcelone, visite souvent, comme son père Antoine était originaire de l'île. Lilian Thuram, défenseur de la France et du FC Barcelone, est né en Guadeloupe. L'équipe nationale française et l'attaquant de Manchester United, Louis Saha, sont également de descendance guadeloupéenne comme le gardien Willy Gueret de Swansea City. L'équipe de football de la région a également connu un franc succès en remportant les demi-finales de la Coupe d'or de la CONCACAF 2007, où elle a été légèrement battue 1-0 par la centrale de CONCACAF au Mexique. De nombreux athlètes de piste, tels que Marie-José Perec, Patricia Girard-Léno et Christine Arron, sont également des originaires de la Guadeloupe ou l'on peut se loger pour les vacances en villa avec voiture et piscine ou en gite ou en bungalow sur basse terre , deshaies , sainte - rose .

 

Culture en Guadeloupe


Faites une pause pour vous imprégner du soleil en Guadeloupe et vous imprégner de la culture !

Un véritable melting pot d'influences culturelles, la Guadeloupe abrite une scène locale dynamique et diverse. Les saveurs culinaires, musicales et artistiques de la France, de l'Inde, de l'Afrique et bien sûr des Caraïbes se côtoient en Guadeloupe pour former une tapisserie colorée de visions et de sons.

Sites historiques

La Guadeloupe a une histoire longue et troublée, commençant vers 700 av. J.-C., lorsque les premiers Amérindiens sont arrivés du Venezuela. Christophe Colomb débarqua sur l'île en 1493, l'appelant Santa Maria de Guadeloupe, et l'île fut plus tard envahie par les Français et les Anglais.

La Guadeloupe a également traversé une longue période de commerce avec les Antilles, l'Afrique et l'Europe, au cours de laquelle des millions d'esclaves noirs ont été envoyés travailler dans les plantations. Aujourd'hui, les visiteurs peuvent trouver des rappels de l'histoire de la Guadeloupe sous la forme de sites historiques dispersés à travers ses îles.

Fort Napoléon surplombe la baie des Saintes sur l'île de Terre-Haut de l'archipel des Saintes. Détruit par les forces britanniques en 1809 et reconstruit pendant l'ère napoléonienne, le fort est maintenant un musée célébrant l'histoire des Saintes. Il ya aussi un jardin de cactus exotique avec des cactus du monde entier, mais surtout plusieurs espèces indigènes.

Le Musée Schoelcher de Pointe-à-Pitre est également un endroit idéal pour découvrir l'histoire de la Guadeloupe. Et pour cela rien ne vaut une belle location de votre villa ou de votre gite avec piscine en guadeloupe basse terre sainte-rose deshaies .

Ce premier musée à ouvrir sur l'île est consacré à la vie de Victor Schoelcher, qui a dirigé le mouvement pour l'abolition de l'esclavage en Guadeloupe. Musique La biguine, un mélange de polka et le traditionnel créole bélé, offre la bande sonore culturelle en Guadeloupe. Les gens du coin préfèrent aussi le "Gwo ka la base" et le "zouk" pour danser dans les boîtes de nuit, dans les rues, et partout ailleurs la musique est dans les airs.

Guadeloupe ou pour les vacances l'on peut se loger en villa avec véhicule plus piscine ou en gites ou en cottage bungalow sur basse-terre , deshaies , sainte-rose .

Artisanat

L'artisanat local joue un rôle important dans la culture guadeloupéenne. Le travail du bois (à Pointe-Noire), la sculpture de noix de coco (à Saint François) et la broderie (à la Broderie de Vieux-Fort) sont pratiqués sur la Guadeloupe et les artisans locaux produisent de beaux travaux souvenirs. Vous pouvez trouver des versions à emporter de l'art de la Guadeloupe dans n'importe quel de ses marchés locaux, ou la tête à l'un des nombreux musées historiques de la région pour un regard sur ses meilleurs métiers et peintures.

Cuisine Bien sûr,

vous ne pouvez pas faire l'expérience de la culture de la Guadeloupe sans se livrer à la nourriture. Ici, les fruits de mer frais sont toujours au menu: les palourdes, les homards, les crabes et les poissons sont imprégnés de saveur créole et servis avec des légumes frais des jardins locaux. La viande épicée au curry, les haricots rouges et le riz servis sur le côté de beaucoup de plats, et les fruits frais exotiques comme la papaye et la noix de coco sur le menu au dessert servent aussi pour vous rappeler le melting pot qui existe non seulement dans la culture guadeloupéenne, tout cela déguté sur votre belle terrasse avec vue sur vcotre piscine dans votre gite villa en basse terre de guadeloupe deshaies sainte rose .

La cuisine magnifique dégustée sur votre terrasse au bord de votre piscine dans votre location de villa ou gite privés avec vehicule sainte rose basse terre en Guadeloupe .

Cuisines en Guadeloupe Basse-terre

La Guadeloupe est connue comme l'un des plus grands consommateurs de champagne de l'un des départements français, mais les boissons plus traditionnelles sont également omniprésentes. Punch fait à partir de fruits frais, de rhum produit localement, ou Ti-punch (un mélange de rhum, de chaux et de sucre) vous aidera à laver vos repas (souvent épicés).

Agriculture

L'agriculture joue également un rôle important dans la culture et l'histoire de la Guadeloupe. Tout au long de ces îles, vous trouverez des musées dédiés à tout, des bananes (Maison de la Banane), au cacao (Maison du Cacao), au café (Musée de Café), au rhum (Musée du Rhum). Les champs de canne à sucre, les plantations de café et les vergers de bananiers peuvent être vus sur une promenade à travers les îles.

 

Eco-Aventures en Guadeloupe


Formes comme les ailes d'un papillon, couvertes de verdure et débordant de diverses espèces de flore et de faune, les îles de la Guadeloupe illustrent la perfection naturelle à tous égards. Pour les voyageurs intrépides, cela signifie que la visite de la Guadeloupe peut être beaucoup plus que le temps passé sur la plage. Quelle que soit votre idée du bon amusement vert, il ya des chances que la Guadeloupe l'ait.

Il n'y a pas de meilleur endroit pour faire de la randonnée que les îles de la Guadeloupe, où les volcans, les forêts tropicales et les chutes d'eau marquent votre sentier. La Soufrière, le plus haut sommet des Petites Antilles, est un volcan actif sur la Basse-Terre populaire auprès des visiteurs aventureux. Bien que le volcan soit actif et que l'air sent le soufre ("La Soufrière" signifie "la mine de soufre"), il est parfaitement sûr de faire de la randonnée - un observatoire moderne surveille l'activité du volcan pour s'assurer que les randonneurs ne sont pas en danger.

Au sommet, les cratères et les formations rocheuses donnent au paysage un air mondain, et les randonneurs sont récompensés pour leurs efforts avec des vues sur les Caraïbes, les îles les Saintes voisines et l'île de Basse-Terre ci-dessous. Les amoureux de la nature trouveront des raisons de revenir encore et encore au Parc National de Guadeloupe, s'étendant sur l'île montagneuse de Basse-Terre (aussi connue sous le nom d '«île Emerald»). Son paysage verdoyant s'étend sur près de 43 000 hectares de forêt tropicale, le célèbre trio de chutes de Chutes du Carbet et plus de 9 000 acres de récifs coralliens protégés, de marais et de mangroves. Le parc abrite plus de 300 espèces d'arbres, 270 types de fougères et 100 variétés d'orchidées, sans parler de 38 espèces d'oiseaux, 17 espèces de mammifères, et le pic noir endémique.

Après une longue randonnée à travers la chaleur tropicale, prenez pause pour vous rafraîchir avec un plongeon dans une piscine naturelle sous une cascade. A travers l'archipel, des sentiers de VTT vous emmèneront de la forêt tropicale jusqu'aux champs de canne à sucre qui produisent certains des meilleurs rhums du monde. Explorez l'île de Grande-Terre sur les itinéraires cyclables de Sainte-Anne à Saint-François, ou parcourez les îles de Marie-Galante ou La Désirade. Si ce n'est pas tout à fait votre vitesse, prendre les rênes sur un tour à cheval le long du littoral ou dans un coin inconnu de la forêt.

Les amateurs de canyonnés trouveront un terrain de jeux naturel sur la Basse-Terre, où les rivières, les chutes d'eau et les sentiers de randonnée constituent un terrain idéal. Quiconque cherche un moyen encore plus extrême de voir les paysages des îles peut naviguer à travers la canopée de la forêt sur une tyrolienne, planer au-dessus d'un hélicoptère, faire du rafting dans la forêt tropicale, Canne à sucre sur un véhicule tout-terrain.

Pays de fête avec de très beaux hébergements en maison ou gite ou villa avec piscine privée et votre véhicule qui vous permet de vvisiter la basse terre vers deshaies sainte rose.

 

Plages et voile en Guadeloupe


La vie est une plage en Guadeloupe, où les demandeurs de détente peuvent se réjouir des opportunités abondantes pour la voile, le bronzage, la plongée en apnée et la natation. Peut-être la meilleure façon d'explorer pleinement la Guadeloupe et ses petites îles environnantes est en voilier. La mer des Caraïbes offre un vent constant; Eaux claires et chaudes; Et les conditions idéales de voile globale.

Tisser à travers l'archipel, vous pourrez visiter une nouvelle destination chaque jour, même en explorant les petits villages et les îles qui ne seraient pas autrement facilement accessibles. Une pléthore d'entreprises offrent des voiliers affrétés à la croisière autour des îles, et divers forfaits vous permettent de choisir où vous allez, quel type de bateau vous sortez sur l'eau, et comment vous êtes impliqué dans le processus de navigation. Si vous êtes intéressé à faire une excursion d'une journée autour des Saintes, Marie Galante, Petite Terre ou Dominique, de nombreuses entreprises offrent des croisières simples.

D'autres compagnies offrent des voyages «tout compris» à partir de Bas du Fort, de Saint François, de Rivière Sense, de Deshaies ou de Bouillante. Envie d'aventure? Vous pouvez également louer des bateaux, monocoques ou catamarans avec ou sans skipper et équipage, vous permettant de capitaine du navire vous-même ou d'aider à sa manipulation. Les derniers ajouts à cette catégorie sont les croisières en cabine ou les «hôtels flottants», qui vous permettent de faire un voyage tout compris dans les îles tout en mangeant, en dormant et bien sûr en naviguant sur un catamaran équipé.

Il est également possible de louer des bateaux à moteur à faible coût pour les visites dans les îles désertes, même si vous n'avez jamais piloté un bateau avant. Bien sûr, une fois que vous atteignez votre destination île, il est temps de frapper la plage.

Que vous soyez dans les sports nautiques, la plongée, ou tout simplement se prélasser dans un cadre tropical, la variété et la beauté des plages que vous trouverez en Guadeloupe vous étonnera. Des plages de sable blanc ou noir contrastent avec les vagues de l'océan Atlantique ou de la mer des Caraïbes.

Dans de nombreux domaines, de beaux récifs coralliens, une population de poissons diversifiée locale, et même quelques sites d'épave invitent les plongeurs et les plongeurs de tous niveaux de capacité. Peu importe comment vous préférez passer votre temps, les eaux et les rives de la Guadeloupe vous feront penser que vous êtes mort et allé à - bien, le paradis !

Locations de très beaux hébergements en villa ou en gites et votre voiture qui vous permet de visiter la basse terre vers deshaies sainte rose. Bagatelle gite et villa !

 

Culture Guadeloupe

Musique et danse créoles

Des enfants se déchaînent sous la véranda d'une case. Bidons, casseroles, balustrades, tout ce qu'ils trouvent est percuté en rythme. Et aucun passant ne se plaint du fracas.

Tandis que chez les colons on dansait le menuet et le quadrille, chez les esclaves on attachait plus d'importance au son du tambour et des percussions pour accompagner les danses rituelles : le léwoz, rythme guerrier (sur lequel on attaquait les plantations) ; le kaladja, symbole de la lutte en amour ; le pajyanbel, quand on coupe la canne ; le toumblak, danse d'amour, de fertilité, danse de la terre ; le graj,pour accompagner les travaux agricoles ; le woulé (ou « valse créole ») ; le mendé - après l'abolition de l'esclavage - qui accompagne le carnaval et le fameux gwo-ka (ou « la voix de l'esclave ») : on pense avoir retrouvé ses traces vers le golfe de Guinée ou dans le haut Dahomey. 
Symbole de chants incantatoires et de danses rituelles, son rythme reste très prisé - avec quelques variantes - en Haïti, à Cuba, au Brésil et aux îles Vierges. Le gwoka de Guadeloupe a été inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité par l’UNESCO en 2014 (au même titre que les fest-noz bretons par exemple).

Mais les danses à orchestre, plus gaies et plus profanes, tiennent le haut du pavé : valse, mazurka, polka (souvenirs des colons). Tonique et lascive, la biguine est même devenue le sport national des Antilles françaises.

Le zouk, surtout, fait le régal des radios, le zouk-love, un zouk langoureux et moite, à danser « collé-serré ».

Malgré un retour aux racines - le gwo-ka -, l'influence des Grandes Antilles (salsa, reggae) domine la création musicale.

 

 

 

 

 

Nos hébergements en Villa, Gites, Villas, piscine privée, véhicules, Gite en Guadeloupe sur la Basse-Terre, entre Deshaies et Sainte Rose !

Gites Bagatelle

gite** à 900 m de la plage, piscine, spa

Villa Carambole

Villa Carambolle

Villa Anoli

VILLA "ANOLI" pouvant accueillir jusqu'à 9 personnes avec piscine privée à 500m de la plage vue sur mer et montagne

Villa Coco

Piscine Balnéo 8X4,2, Jardin 1000m² très vert, Accès DIRECT mer ! WIFI ! CLIM !

Location en Guadeloupe villa , gites , bungalows , cottages , gite , villas , piscine , véhicules .